Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'ère du malin

Publié le par Dominique Lévêque

Dans cette société moderne en mutation permanente, l'ère du malin s'est imposée sur l'ordre fondamental des valeurs.

 

Le malin prend toujours la voie de gauche qui va le sauver des longs moments d'attente de ceux qu'il vient de mépriser. Le malin a toujours des bons plans: places gratuites, réservations prioritaires, promotions extraordinaires par connaissances... Le malin a troqué sa 2cv contre un 4*4 coréen: plus beau, plus haut, plus fort, plus riche...En politique, le malin est toujours du côté où çà penche. L'employé malin est cadre supérieur, sa femme est plus maline, d'ailleurs elle part plus vite.

 

Le malin a un gros problème: ils sont de plus en plus nombreux à être malins. Chez le malin, tout est à crédit. Dans cette société moderne, plus malin: tumeur.

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Le gars qui rebouchait les trous

Publié le par Dominique Lévêque

A la mairie de Châtellerault, quand le gars qui tient la pelle part en retraite, on constate vite que les trous ne sont plus bouchés.

 

pelle.jpgPour faire face à ce dysfonctionnement, on embauche un chargé de mission qui ne tarde pas à diagnostiquer: le service manque de cadres. Les élus sont rassurés et peuvent donner l'explication aux habitants. Le chargé de mission devient chef de service. Rapidement, il se plaint aux élus que son service manque des moyens nécessaires à son bon fonctionnement. Un chargé de projet est recruté. Il étudie une réorganisation.

 

Dans le même temps, le seul gars qui restait à tenir le manche de pelle tombe malade. Les élus culpabilisent et commandent alors un audit extérieur dont les conclusions rémunératrices sont sans appel: le service doit être externalisé. Les trois cadres du service partent en formation, et un spécialiste juridique est recruté pour faire face aux exigences des appels d'offre et des marchés publics.

 

"Non Monsieur, on ne peut reboucher ce trou, à cause du budget, vous n'imaginez pas ce que çà peut couter de reboucher un trou"

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Le mythe de la tapette à souris

Publié le par Dominique Lévêque

anti-rats-tapette-plastique.jpgDans le blog de Monsieur Gilles MICHAUD ces 8 et 9 novembre, on peut lire, d'une part, un petit guide pour reconnaître le bon député du mauvais, très utile pour comprendre:

"Il faut avoir une exigence éthique, une armature intellectuelle, une épaisseur empirique et un vécu relationnel qui destinent aux travaux parlementaires, aux débats et aux investigations en tant qu'élu de la Nation... Depuis 1982 je sers le peuple français au sein de la Justice ...Je pense sincèrement que mon engagement législatif peut être utile. Car m'aider à gagner ces législatives, ce serait faire de moi le meilleur allié, le garant loyal de la conquête de la ville en 2014. Ma posture est simple ...Mes équipes sont prêtes..."

 

D'autre part, on peut y lire, à propos de la lâcheté des français honteusement dociles, laissant brûler Jeanne d'Arc en 1431:

"L'on se demande comment des hommes de loi qui paraissent d'honnêtes magistrats, des hommes de foi, des hommes d'église, qui semblent croyants et pieux, en sont venus à ce point d'égarement, que peut-être ils n'ont pas mesuré l'énormité de leur faute...Tous ces Français tremblants et veules, leur vraie faute c'est, non pas la trahison, mais le Défaitisme. Si l'on comprend bien cela, le mystère ...devient assez clair ... Le Défaitisme proteste qu'il n'est pas le traître. Il veut servir. Il est persuadé servir, servir au mieux son Pays. Et, à la fin, d'invoquer la Raison d'état...Franchement, je me serais cru dans une transposition sur la collaboration pétainiste avec les Allemands et le sacrifice des Résistants. Édifiant."

 

Tout devient si clair: c'est aussi une transposition de l'avant guerre et ce qu'étaient devenus les élus: de gentils incompétents convaincus de faire changer le cours de l'Histoire et impuissants devant les patries sur le bûcher. Les meilleurs alliés, garants loyaux pour avoir un poste, une fonction, une responsabilité, un brassard... Belle illustration du mythe de la tapette à souris. Rien à voir avec l'informatique, mais plutôt avec cet ustensile qui se referme sur vos doigts...

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Un nouveau musée?

Publié le par Dominique Lévêque

Le projet d'aménagement du site de l'ancien hôpital va redessiner l'entrée nord du centre ville. On y parle d'un nouveau groupe scolaire, d'un parking "mouchoir de poche", d'un complexe cinémas et d'un aménagement privé...

 

On oublie l'opportunité d'un Musée National d'Histoire Naturelle puisque le Parti Socialiste local est dans le périmètre...

Publié dans LOL :-)

Partager cet article

Repost 0

"Je préfère le fondamental à l’éphémère" en stéréo

Publié le par Dominique Lévêque

 20111027-03-senat chevenementLe gouvernement français avait fait une proposition intéressante : transformer le Fonds européen de stabilité financière en banque pour l’adosser aux ressources illimitées de la Banque Centrale européenne. Cette proposition a été écartée par l’Allemagne. Elle n’est plus sur la table mais le problème de l’insuffisance des ressources du Fonds européen de stabilité financière reste...

 

Monsieur Juppé parle de fédéralisme. Mais c’est le fédéralisme du pauvre qui se met en place, un fédéralisme purement coercitif qui vise à faire de l’Europe un espace essentiellement disciplinaire.  

 

Il est temps de changer de route. Monsieur le Premier ministre, de réconcilier l’Europe avec le progrès et la démocratie. Cela passe par une révision d’ensemble de l’architecture de la zone euro et particulièrement du rôle de la Banque Centrale. Vous étiez bien partis. Il est dommage que vous ayez abandonné en route vos positions sur la Banque Centrale. D’autres, je l’espère, sinon vous, les reprendront.  

 

Monsieur Jean-Pierre CHEVENEMENT, Question à Monsieur le Premier Ministre,

SENAT, jeudi 27 octobre 2011 

 

 

20111027-03-senat-chevenement-fillon.jpgJe voulais commencer mon propos en disant que chacun savait le grand respect que j’ai depuis très longtemps pour Jean-Pierre Chevènement et pour la qualité et la pertinence de ses analyses qui sont rarement médiocres...

 

Voilà, Mesdames et Messieurs, Monsieur le ministre Chevènement, je pense que nous sommes à un moment clé de notre histoire dans la mesure où nous n’assistons pas à des changements du monde mais le monde a changé profondément sans peut-être que certains d’entre nous ne s’en soient rendus compte, et la question que nous adresse l’histoire maintenant, c’est, est-ce que nous allons être capables, et notamment nous les forces politiques françaises, de trouver des points d’accord pour permettre une mutation qui est absolument fondamentale à l’avenir de la civilisation européenne.  

 

Monsieur François FILLON, Réponse, SENAT jeudi 27 octobre 2011

 

 

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0