Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Si c'est pour les enfants, alors...

Publié le par Dominique Lévêque

20110122nr esquiss ecole centre 1

 

 

En janvier 2011, je contestai, seul, le mauvais projet de nouvelle école sur le site de l’Ancien Hôpital, en précisant que l’Ecole n’était pas le meilleur moyen d’apporter de l’animation en centre ville, en notant que l’esthétique du projet était discutable pour une entrée de ville, en regrettant enfin l’abandon de la construction de la médiathèque promise pendant les élections.

 

Au conseil municipal d'hier soir, personne n’a relevé la plus grande des supercheries, sans doute à cause de l’émotion partagée sur les difficultés de la Fonderie du Poitou Aluminium.

 

Le projet de réfection de l’Ecole Henri Denard, patrimoine scolaire de la ville, avait été abandonné pour raison de cout trop élevé (6.6 millions d’euros), et on nous promettait une école neuve pour 4.4 millions d’euros. Mais la délibération que je n’ai pas votée fait état aujourd’hui d’un montant de 11 millions d’euros!

 

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Scrupuleusement

Publié le par Dominique Lévêque

A notre époque, le mépris des proverbes, c'est le commencement de la fortune.

 

Marcel Pagnol , Topaze

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Tout çà à cause d'un triple cheeseburger

Publié le par Dominique Lévêque

"Le Texas, qui pratique le tiers des exécutions aux Etats-Unis, a mis fin à la tradition qui permettait aux condamnés à mort de choisir leur "dernier repas", après que le dernier exécuté en date a commandé un dîner plus que conséquent"[1]. Et de relater les arguments d'un vulgaire sénateur que seul son chapeau doit élever au rang de ses troupeaux.

 

Ubuesque! On se pose la question de savoir si on doit ou non exaucer le dernier vœu d'un condamné à mort, et on conclue qu'il n'est pas décent de lui donner un droit et que le risque d'abus existe.

 

Mais la seule vraie incohérence, ce n'est pas le dernier repas, c'est la peine de mort elle-même. On ne peut pas faire un règlement juste pour une absurdité.

 

Ô combien merci Messieurs Robert BADINTER et François MITTERRAND d'avoir sorti la France de ce monde de bêtes.

 



[1] Lu dans Le Monde.FR du 24 septembre 2011

 

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

La manivelle

Publié le par Dominique Lévêque

Les gens pensent que les politiques sont tous les mêmes, et que la seule chose qui leur importe, c'est "d'avoir le poste", sous entendu "pour l'argent". C'est faux. C'est pour le pouvoir aussi.

 

Mais quand on n'a pas baigné dedans, et fait son expérience, on n'imagine pas à quel point la bonne gestion du territoire n'est pas la technique favorite des élus pour être réélus. Pour passer le Baccalauréat, il y a deux manières d'opérer: travailler ardemment tout le programme ou faire des paris sur les sujets à la mode rapidement revus, ce qu'on appelle "bachoter".

 

C'est devenu çà le souci de l'élu: "réseauter", c'est à dire alimenter les réseaux de ses sympathisants, infiltrer des pions serviles dans les milieux influents, repérer les opportunités de communication. C'est plus facile qu'un idéal de démocratie et un dévouement  équitable. Pendant ce temps là, les autres tournent la manivelle.

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Le complexe de Perette

Publié le par Dominique Lévêque

Le projet d'installation avorté de Solaire Direct  avait de quoi donner le complexe d'Icare.

 

Perette et le pot au lait, JB FragonnardMais avec tous les espoirs déçus, comme Solaire Direct, Eco-Mobilité, les batteries révolutionnaires d'Avestor en 2004, les horaires de desserte ferroviaire malgré la LGV, l'école de gendarmerie, la réhabilitation de son site, une médiathèque sur le site de l'ancien hopital... c'est le complexe de Perette qu'on va développer. Et plus elle vieillit, plus elle trébuche Perette.

 

En cas de récidive, 2 campagnes électorales matin, midi soir pendant 1 an.

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Tous coupables

Publié le par Dominique Lévêque

Les salariés des Fonderies du Poitou Alu essuient les plâtres de la dérive fatale d'une mondialisation effrénée. Le libéralisme social s'emballe et s'autodétruit. La précarité grignote les classes moyennes qui constituaient le noyau dur de notre civilisation. C'est grave. C'est surtout une dure épreuve pour les salariés aujourd'hui dans la tourmente.

 

20110210nr-fdp-alu.jpgIl ne faut pas manquer d'en voir ses effets pervers. Parlons industrie automobile: 15 à 23% de baisse de salaire, c'est aussi la différence de prix entre un 4x4 Roumain et une Clio, entre une citadine coréenne et un véhicule de collaborateur, entre une familiale chinoise toutes options et une compacte de base fabriquée dans des pays où la protection sociale est dite évoluée.

 

Combien d'employés grâce à l'industrie, dont l'industrie automobile, pris au piège du miroir aux alouettes? Combien de ceux jadis comblés par leur Peugeot 205  neuve ou de leur Renault 21 occasion récente sont passés aux 4x4 neufs de l'Est et autres grosses autos de l'Empire du Milieu? Combien de primes, de publicités, de financements crapuleux, d'incitations à l'endettement?

 

Près de 10% de la population active française dépend de l'automobile, soit 2,465 millions de personnes(source Comité des constructeurs français d'automobile CCFA, mise en exergue lors des États généraux de l'automobile organisés par le gouvernement le 20 janvier dernier). Il y a 20 ans, environ 20% des ventes de voitures neuves passaient par le personnel d'entreprise. Parce qu'il n'y a plus ce réflexe citoyen ou d'appartenance à une patrie, même large, nos industries se battent contre elles même: baisse des prix, assurance du capital et baisse des charges.

 

Et baisses de salaires, et moins de ventes sur le territoire...Il y a des ratées dans le moteur.

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Talent d'Achille

Publié le par Dominique Lévêque

"Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres "

 

 

    Philippe Bouvard

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Saint Gilles

Publié le par Dominique Lévêque

La Saint Gilles, c'était hier. J'aurais donc dû souhaiter avant hier une bonne fête à tous les Gilles qui me sont chers: Mauduit, Michaud, Thiollet, Sauvion, Rabussier... Une inquiétude m'envahit à la lecture du dicton du jour sur le journal: "Pluie de Saint Gilles détruit les glands". Faut-il croire ce qu'il y a dans les journaux?

Publié dans LOL :-)

Partager cet article

Repost 0

La rentrée, on y est

Publié le par Dominique Lévêque

yeah-cest-rentree-classes-L-1.jpg La rentrée est une formidable aventure. La rentrée, c'est la découverte d'une mue qui s'est opérée.

 

Les enfants se retrouvent grandis, changés. Ils ont oubliés les querelles de l'année passée. Une nouvelle équipe de camarades se forme, certains sont partis, d'autres sont différents. On change de prof, ou d'élèves, de classe, de collègue, de mission, de niveau. Les ados sont méconnaissables, ont des boutons ou n'en ont plus, ont connu l'amour ou l'espèrent cette année. Ils ont de nouveaux cahiers qu'ils se promettent bien tenus.

 

Les adultes se racontent leurs vacances. L'activité reprend, laissant de nouveaux espoirs aux exclus de retrouver un cadre. La politique se réanime jusqu'à la trêve des confiseurs.

 

La rentrée, c'est le printemps de septembre, c'est l'ouverture de nouveaux horizons. On s'est retrouvé soi même, recueilli pour que l'année passée ne laisse que l'utile du souvenir.

 

Toutes les nouveautés de la rentrée sont pour chacun l'occasion de continuer ou de retenter sa chance, de se refaire, même si on regrette ceux qui ne sont plus là. Bonne rentrée à tous.

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0