Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

33 articles avec aux thematiques

Quel projet pour notre ville?

Publié le par Dominique Lévêque

Le projet à défendre est celui d'une équipe. Ce serait un projet pour la ville, pas celui d'une composition politique. Il ne nierait pas les opinions de chacun, mais plutôt s'inspirerait de ce qu'est la laïcité dans notre République, c'est à dire qu'il laisserait chaque membre libre de ses convictions. Il fédérerait sur un objectif unique et durable: donner aux habitants de l'agglomération une cité qui fasse envie. Châtellerault d'abord, Châtellerault encore.

Quel projet pour notre ville?

Ce projet serait basé sur le bon sens. Il s'orienterait autour de 3 axes principaux: économie, revitalisation du cœur de ville et organisation des exécutifs. Pour y croire, en gardant à l'esprit les contraintes de moyens, il faut imaginer chaque action décomplexée des influences partisanes. Il faut donc construire un programme qui ne soit élaboré ni pour les standards des idéologies nationales, ni pour les bilans électoraux mais plutôt avec une vision globale de l'avenir qu'on souhaite pour la ville, pour sa ville.

Du concret? Des exemples? C'est prêt. Laissons un peu les plus chevronnés user quelques promesses  galvaudées avant d'allumer les projos, et de passer à la couleur.

Publié dans Aux thématiques

Partager cet article

Repost 0

Les béatitudes gagnent 1 point, la crêche en net recul

Publié le par Dominique Lévêque

sondage_499x246.jpgSi le contexte châtelleraudais 2007-2008 n'est pas transposable, le contexte politique national non plus. Car la mise en bouche de ce menu des municipales 2014 est une recette indigeste tirée d'expériences chimiques ou météorologiques empiriques: "Les médias veulent un duel Abelin-Guérin... il reste à modeler de part et d'autre les alliances, les dosages, les ralliements... pèse encore l'hypothèque FN, qui peut faire un score à deux chiffres et créer la triangulaire. Et le désintérêt, les abstentions... l'union de la gauche affaiblira Lutte Ouvrière... le Parti Radical de Gauche... aujourd'hui dans la majorité gouvernementale et parlementaire... La troisième voie ... seule, demain c'est 3,26 %..." et côté presse "le parti de gauche orphelin des communistes, un rapprochement avec les verts, le PCF à la carte, l'union de la gauche..."

Le quotidien des chatelleraudais n'est pourtant pas là: "il manque de l'envie à cette ville". Les préoccupations sont plutôt à regarder du côté des impôts, du stationnement, de l'animation, de l'état des chaussées et des bâtiments publics, des installations sportives et culturelles, de l'emploi, de l'attractivité de la ville et donc de la valeur de l'immobilier... Ces données là ne se mesurent pas en poids politique, mais en côte d'amour, en fierté ou en envie. Quand elles se mesurent en grogne, la cabane est sur le chien. Ce même chien qui se jette sur les séquelles de sabots et qui a peur de l'orage.

Quand bien même le pré à l'herbe grasse serait-il grand à deux, il faudra sans doute plus qu'une biscotte pour divertir l'âne qui le garde.

Publié dans Aux thématiques

Partager cet article

Repost 0

Que sont mes projets devenus?

Publié le par Dominique Lévêque

Que sont mes projets devenus, que j'avais de si près tenus, et tant aimés?

 

Primaires fantoches. Alliance ici avec les verts, et pas le Front de Gauche, l'inverse là (Châtellerault et Poitiers). Liste UDI effacée par des instances nationales au profit d'un candidat UMP (Poitiers). Pour protéger un autre plus loin (Châtellerault), soutenu par de plus gros poissons. Un candidat sortant favori qui n'a pas l'investiture (Naintré), deux autres qui s'arrachent la place du challenger sur fond d'affinité avec un député, lui même élu par un soutien national bien qu'issu d'une minorité locale.

 

Vue aérienne Nord"Mais non mais non, pa pa pa da pa, mais non, mais non, pa pa pa da pa, les élections municipales ne sont pas des élections politiques, elles permettent de choisir des femmes et des hommes fédérés derrière un projet..." Violons.

 

Ou plutôt, violons les institutions. Non, l'électeur du Front National ne sent pas mauvais. Il en a juste assez de tant de bruit pour rien. Et son désarroi ne trouve pas d'autre écho. "Ce sont amis que vent me porte, et il ventait devant ma porte, les emporta".

 

Il est bien plus facile de dénigrer celui qu'on a berné que de le convaincre à nouveau. Le seul moyen de répondre aux vrais constats du populisme et de refuser les mauvaises solutions du FN, c'est la sincérité du projet de territoire.

Publié dans Aux thématiques

Partager cet article

Repost 0

Pour éliminer les verrues, il faut traiter la racine... à temps

Publié le par Dominique Lévêque

   

Commune de CHATELLERAULT

Délibération du conseil municipal

du jeudi 20 janvier 2011 n° 13

 

20110122nr esquiss ecole centre 1RAPPORTEUR : Madame Anne-Florence BOURAT  

OBJET : Aménagement du site de l'ancien hôpital et construction d'un nouveau groupe scolaire - Attribution de marché
 
Mesdames, Messieurs,
Par délibération n° 24 du 27 mai 2010, le conseil municipal a décidé :
– de lancer l'opération de construction d'un nouveau groupe scolaire,
– de lancer la procédure de concours restreint de maîtrise d'oeuvre,
– de procéder à l'élection des membres du jury.
 
945701_10201047555665404_1892767929_n.jpg[...]
Le conseil municipal, ayant délibéré, décide :
· d'attribuer le marché de maîtrise d' oeuvre pour l'aménagement du site de l'ancien hôpital et construction d'un nouveau groupe scolaire à l'équipe suivante :  
. mandataire : Toury Vallet
. co traitant n° 1 : Agence TN+
. co traitant n° 2 : Cetab Ingénierie
· d’autoriser le maire ou son représentant, à signer le marché de maîtrise d'oeuvre pour un montant de 867 027 € H.T soit 1 036 964,29 € T.T.C.  
· d’attribuer une indemnité de 33 000 € H.T à chacun des candidats non retenus,
Les dépenses correspondantes seront imputées sur .20/203/OP1039/5200
 
Pour : 25
Contre : 1
M. LEVEQUE
Abstentions : 6
(M, MICHAUD , Mme DAYDET
MM. CIBERT, GRATTEAU (1 pouvoir), MONAURY)
 
Certifiée exécutoire Pour ampliation,
Par le maire de la commune de Châtellerault Pour le maire et par délégation,
Transmis à la sous préfecture, le 25/01/2011 n° 364 ...

Publié dans Aux thématiques

Partager cet article

Repost 0

Qui a peur des étincelles ne devient pas forgeron

Publié le par Dominique Lévêque

20120900blogjpr jprAh les réunions de partis! Jean-François COPE vient d'être élu, ou désigné, c'est selon, pour être le Président de l'UMP avant les primaires 2016.

 

C'est un peu comme en 2007, quand Joël TONDUSSON annonçait à son parti qu'il serait (seul) candidat à la candidature des municipales. Plus de 90% des militants ont voté POUR... Ou comme quand en 2008, pendant les réunions de campagne à Antoigné, on s'étonnait que la si active Véronique ne se positionne pas sur la liste.  "On a droit d'être 2 de la même famille sur une liste, mais ce n'est pas stratégique tout de suite, peut-être plus tard"... Quoiqu'en pensent les militants en conscience ou en cercles privés, ils voteront POUR...

 

Jean-Pierre RAFFARIN en prend peut être conscience quand il écrit dans son blog "La colère d’en-bas et l’attentisme d’en-haut vont faire des étincelles." Il ne l'écrit pas pour les manoeuvres qu'il dirige sur la droite locale, comme le coup RABIT du second tour 2008 à Châtellerault, contre un poste éligible aux régionales, par exemple. Il ne l'écrit pas parce que la France d'en bas le classe, lui, dans celle d'en haut. Il l'écrit au sujet de la gouvernance socialiste. Une petite nuance qui ternit la belle leçon de sagesse et de clairvoyance.   

Publié dans Aux thématiques

Partager cet article

Repost 0

L'autre François

Publié le par François Michelin

On écarte son désir de comprendre. On se dit : “Je suis à la mode, je suis moderne…” C’est une paresse intellectuelle. Un bon ingénieur, c’est celui qui n’est ­jamais content de ce qu’il sait. Le mode d’emploi pour remettre la France d’aplomb est simple : c’est le respect de la réalité.  

 

Le problème, ce ne sont pas les ­salaires, c’est que ces gens travaillent beaucoup plus que nous ! Parce qu’un homme qui travaille, c’est un homme qui se construit et qui peut sortir les choses qu’il porte en lui ! Moins on travaille, moins on sort de choses.  

Le drame de la France, c’est qu’il y a un ministère du Travail et pas un ministère de l’Œuvre ! Il y a une perte de sens.

   

Les-themes-1009.jpgL’inventeur du pneu radial m’a dit un jour : “Si vous n’aimez pas le pneumatique, foutez le camp. J’ai besoin d’un patron qui aime ce que je fais.” Ce qui est vrai, c’est qu’il y a des financiers qui n’ont plus le sens des hommes.

 

Quand j’ai vu comment mon grand-père vivait, j’ai compris que l’argent c’est très commode, mais que, si l’on n’y prend pas garde, c’est comme une drogue. Mon grand-père m’a dit deux choses que j’ai gardées : la vérité et la réalité sont plus grandes que toi, et l’argent doit être un serviteur, jamais un maître.


Nous aussi, nous avons quitté la France, mais d’une autre façon. On ne pouvait plus exporter de France, il fallait donc fabriquer sur place… J’aurais pourtant rêvé qu’on puisse exporter de France comme les Allemands exportent d’Allemagne… Quand on voit des jeunes ingénieurs en France qui n’obtiennent pas ce à quoi ils ont droit, on en a marre, on ne peut pas assumer ce mépris…

 

J’ai souvent essayé d’expliquer aux autres mon expérience de la vie industrielle, les erreurs qu’il ne fallait pas faire. Mais il y a un refus de la réalité dans le monde politique. La réalité, pour eux, c’est d’être réélus. Certains n’ont pas été comme ça, pour eux c’était vraiment une mission. Pompidou était de ceux-là. Ou Pinay, un réaliste.

 

On avait les mêmes initiales ! (NDLR: à propos de Mitterrand) J’apprécie les gens qui ont le souci du réel et qui cherchent à le comprendre. C’était un humaniste de grande taille, Mitterrand ! Alors il a fait des choses avec lesquelles je ne suis pas d’accord, mais la manière dont il travaillait dans sa tête était remarquable...Regardez comment il s’en est sorti ! Ils ont vu que ça ne marchait pas et, trois ans après, Fabius et lui ont changé de cap, à toute vitesse.

 

Ce qui reste d’une vie, quel que soit le support technique, c’est ce qu’on a appris auprès des hommes. Les hommes, c’est ça le plus im­portant.

 

Extrait de

l'intégrale de l'article en cliquant ICI

Publié dans Aux thématiques

Partager cet article

Repost 0

"L'Etat, c'est moi"

Publié le par Dominique Lévêque

Effet pervers de la décentralisation, ce sont les petits élus qui rechignent aux grandes réformes, et non la population. Comme l'homme de la rue devenu homme de salon peut s'énerver devant sa télé en apprenant la politique de rigueur, l'augmentation des impôts ou la diminution des retraites, l'élu local s'agace derrière son petit bureau des réductions budgétaires qu'impose l'Etat à sa collectivité, des mesures qui mettent en danger son mandat, sa place, son existence.

 

On aurait pu imaginer que l'élu aurait pensé, parlé et agi pour l'intérêt général. On aurait pu imaginer que l'élu aurait la faculté d'objectivité et de clairvoyance. On aurait eu tendance bêtement à le croire suffisamment instruit ou informé pour agir en héros discret.

 

Que nenni! Effet pervers de la décentralisation, les élus locaux ou les autres oublient souvent que leur collectivité ne leur appartient pas, et que l'Etat c'est eux, que l'Etat, c'est nous tous. L'Etat, c'est aussi moi. Quand l'Etat va mal, la France profonde va mal, et quand l'Europe titube, l'Etat chancelle. Effets pervers du progrès.

Publié dans Aux thématiques

Partager cet article

Repost 0

Superman Président

Publié le par Dominique Lévêque

On a souvent reproché au Président Sarkozy d'avoir été un "super président", évoquant ainsi son omnipotence arrogante, telle que les images déversées ont incité à le penser. 

20120508reuters hollande-sarkozyAujourd'hui, c'est le Président Hollande qui s'y frotte. Dans la thématique du désenchantement, le Premier Ministre n'est pas très malmené comparé à son patron. Il y a quelques années, et on en sait quelque chose ici à Châtellerault, Edith Cresson n'a pas pu résister à la faveur d'un sacrifice. Pas question en 1992 de ne faire qu'envisager une recomposition de gouvernement.

 

Alors, qu'est-ce qui a changé? Le dernier Président d'une 5ème République solide a été le Président Chirac, celui là même qui a modifié son propre mandat. A l'unissons, pour éviter d'assumer la sanction électorale, la classe politique a choisi la facilité de partager le pouvoir dans l'intérêt des partis devant celui du pays. Mais faire coïncider le mandat du Président avec celui de la législature, c'était aussi enlever au Président sa position de chef d'état et de tous les français, lui enlever sa position au dessus de l'agitation gouvernementale, au dessus des crises politiques. C'est ainsi que le Général de Gaulle l'avait brillamment imaginé.

 

Le piège se referme maintenant sur ceux qui l'ont tendu, condamnant le nouveau Président de la France au rôle éphémère de Superman Président. 6ème République? Plutôt que de rallonger le manche du marteau, on peut déjà commencer par le prendre par le bout.

Publié dans Aux thématiques

Partager cet article

Repost 0

Cherche sens de l'histoire

Publié le par Dominique Lévêque

19900000-margaret-thatcher-nelson-mandela-taill2.jpgCe mercredi 17 avril 2013, le Royaume Uni vit les funérailles de La Dame de Fer. Ils sont venus, ils sont tous là, y'a même, Giorgio, le fils maudit... Sa Majesté la reine Elisabeth est au premier rang, bien sûr. Equivalents d'un Président de la République Française, les Premiers Ministres en titre ont aussi pris place Cathédrale St Paul: David Cameron, l'actuel, et son allié conservateur John Major. Grandeur de la nation oblige, ils sont voisins de rang avec quelques Gordon Brown ou encore Tony Blair, travaillistes.

 

La France d'aujourd'hui, engoncée dans ses pseudos principes, surtout en ce moment, envoie en délégation Elisabeth Guigou, au nom de la commission des affaires étrangères de l'Assemblée Nationale. Çà fait j'y vais j'y vais pas! Ou çà met Margaret Thatcher au niveau de Kadhafi. Voilà dans cette image une belle caricature de l'Europe, une vue de l'Union Européenne depuis Londres. Ce n'est pas comme si les Anglais avaient libéré la République Française. Ou comme si les français n'avaient jamais fermé leurs acieries, leurs raffineries, leurs usines automobiles...

 

Jean-Marc Ayrault était excusé. Il était occupé à déclarer à la presse au sujet de l'après-Cahuzac que sa seule zone d'ombre "c'était son combi Volkswagen". Une question de priorité, la différence entre l'Histoire et l'émotion.

Publié dans Aux thématiques

Partager cet article

Repost 0

Un Ptit Vélo dans la tête

Publié le par Dominique Lévêque

 2008: une année joyeuse pour les uns et tragique pour les autres. Qui laisse quelques  anecdotes savoureuses. Connaissez-vous celle des pistes cyclables? Chantier commandé sans doute avant l'élection, peut être dans un but électoral, mais sans avoir eu le temps d'être fait. La nouvelle équipe patauge alors très allègrement dans les nouvelles responsabilités. Les services continuent bon an mal an leur feuille de route. Et peignent sur la chaussée des bandes cyclables étroites. Rue Clément Krebs entre autres. 

 

velo dans la teteOn crie alors au scandale: "Quoi? on a fait un chantier sans nous demander notre avis? C'est inadmissible? C'est vraiment des (tuuuuuuttttt) les (censure) ici! En plus, ce n'est pas çà une piste cyclable, faut plus de largeur, c'est dangeureux, çà sert à rien fait comme çà, c'est juste de la peinture, çà s'étudie à l'avance, elles doivent partir de quelque part et aboutir quelque part..."

 

La maturité passant par là, on a connu depuis la piste des quais qui finit sur un trottoir. Et à l'approche des élections de 2014, on a mis de la peinture rue des Loges pour faire une bande cyclable! Une bien belle illustration de la théorie de la pizza calzone, celle dont le bord vient se retourner sur lui même...

Publié dans Aux thématiques

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>