Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Que sont mes projets devenus?

Publié le par Dominique Lévêque

Que sont mes projets devenus, que j'avais de si près tenus, et tant aimés?

 

Primaires fantoches. Alliance ici avec les verts, et pas le Front de Gauche, l'inverse là (Châtellerault et Poitiers). Liste UDI effacée par des instances nationales au profit d'un candidat UMP (Poitiers). Pour protéger un autre plus loin (Châtellerault), soutenu par de plus gros poissons. Un candidat sortant favori qui n'a pas l'investiture (Naintré), deux autres qui s'arrachent la place du challenger sur fond d'affinité avec un député, lui même élu par un soutien national bien qu'issu d'une minorité locale.

 

Vue aérienne Nord"Mais non mais non, pa pa pa da pa, mais non, mais non, pa pa pa da pa, les élections municipales ne sont pas des élections politiques, elles permettent de choisir des femmes et des hommes fédérés derrière un projet..." Violons.

 

Ou plutôt, violons les institutions. Non, l'électeur du Front National ne sent pas mauvais. Il en a juste assez de tant de bruit pour rien. Et son désarroi ne trouve pas d'autre écho. "Ce sont amis que vent me porte, et il ventait devant ma porte, les emporta".

 

Il est bien plus facile de dénigrer celui qu'on a berné que de le convaincre à nouveau. Le seul moyen de répondre aux vrais constats du populisme et de refuser les mauvaises solutions du FN, c'est la sincérité du projet de territoire.

Publié dans Aux thématiques

Partager cet article

Repost 0

Les Trois Petits Cochons, en salle à Châtellerault dès le 23 mars 2014

Publié le par Dominique Lévêque

iwoyzkjx.jpg

Il était une fois trois petits cochons: Mimi, Gigi et Momo. Tous les trois en avaient assez d'en rester à la ferme. Maman Didi était très inquiète. Le grand méchant loup Jippet, à la crinière argentée, se pourléchait déjà les babines en imaginant nos trois petits cochons gambader joyeusement, car il avait bien l'intention de les dévorer, en les faisant mijoter avant évidemment. Il voulait nourrir sa progéniture en cette époque où les miettes du boulanger ne suffisaient plus.

 

Mimi n'était pas très courageux. Il aimait déambuler, rigoler, faire le beau. Il préférait compter sur ces amis plutôt que de construire une bâtisse solide. C'était bien amusant de jouer du pipeau. Alors, le soir venu, Mimi improvisa une maison de paille, qui s'envola au premier souffle du loup. Comme Mimi était rose et dodu, qu'il avait dansé tout le jour et qu'il ne courait pas très vite, le méchant loup Jippet croqua sa chaire tendre et quelques légumes verts en une seule bouchée.

 

Gigi était beaucoup plus sérieux. Il ne pouvait s'empêcher de panser. Il était malheureux comme un caillou quand on le trompait. Avant de rejoindre Mimi pour la double détente, il avait pris le temps de construire une cabane en bois. Le méchant Jippet dut souffler plus longtemps et plus fort pour la faire tomber, laissant ainsi Gigi courir se réfugier chez Momo.

 

 Momo était malin, car il avait déjà vu le loup Jippet attirer les petits cochons avec des navets pour les dévorer ensuite. Alors, Momo avait construit une maison solide en briques, tout seul, et il était fier d'y protéger ceux qu'il aimait. Le loup y perdit son souffle, en tomba sur le cul et se cassa les dents. Gigi et Momo se moquèrent bien de ce Jippet bleu de colère. La meute fit une croix rouge sur le loup déchu et il fut condamné à la soupe populaire.

Publié dans LOL :-)

Partager cet article

Repost 0

Pour éliminer les verrues, il faut traiter la racine... à temps

Publié le par Dominique Lévêque

   

Commune de CHATELLERAULT

Délibération du conseil municipal

du jeudi 20 janvier 2011 n° 13

 

20110122nr esquiss ecole centre 1RAPPORTEUR : Madame Anne-Florence BOURAT  

OBJET : Aménagement du site de l'ancien hôpital et construction d'un nouveau groupe scolaire - Attribution de marché
 
Mesdames, Messieurs,
Par délibération n° 24 du 27 mai 2010, le conseil municipal a décidé :
– de lancer l'opération de construction d'un nouveau groupe scolaire,
– de lancer la procédure de concours restreint de maîtrise d'oeuvre,
– de procéder à l'élection des membres du jury.
 
945701_10201047555665404_1892767929_n.jpg[...]
Le conseil municipal, ayant délibéré, décide :
· d'attribuer le marché de maîtrise d' oeuvre pour l'aménagement du site de l'ancien hôpital et construction d'un nouveau groupe scolaire à l'équipe suivante :  
. mandataire : Toury Vallet
. co traitant n° 1 : Agence TN+
. co traitant n° 2 : Cetab Ingénierie
· d’autoriser le maire ou son représentant, à signer le marché de maîtrise d'oeuvre pour un montant de 867 027 € H.T soit 1 036 964,29 € T.T.C.  
· d’attribuer une indemnité de 33 000 € H.T à chacun des candidats non retenus,
Les dépenses correspondantes seront imputées sur .20/203/OP1039/5200
 
Pour : 25
Contre : 1
M. LEVEQUE
Abstentions : 6
(M, MICHAUD , Mme DAYDET
MM. CIBERT, GRATTEAU (1 pouvoir), MONAURY)
 
Certifiée exécutoire Pour ampliation,
Par le maire de la commune de Châtellerault Pour le maire et par délégation,
Transmis à la sous préfecture, le 25/01/2011 n° 364 ...

Publié dans Aux thématiques

Partager cet article

Repost 0

C'est chez moi, c'est dimanche

Publié le par Dominique Lévêque

PixAile-2011TR.jpgPour sa 29e édition, la fête à l'ail organisée par l'Association d'animation de Targé devrait honorer la tradition en attirant la grande foule sur la Butte.
De nombreux producteurs seront là pour proposer ail, échalotes, oignons, fruits de saison, produits locaux (primeurs, pommes, poires, châtaignes, bernache, jus de fruits, miel, pineau, fouasses…)

 

Sur la place, "Chez Pacha" vous accueillera dans l'ambiance pour vous proposer boissons et restauration. Tout au long de la fête, de nombreuses animations vous attendent. Cette année, c'est l'association Musiques en Scène, derrière Patrick Carré, qui donnera le LA. Et toujours de fabuleux artistes salle de la Grange. A dimanche.

 

 

 

29e « Fête à l'ail » dimanche 6 octobre. Grand vide-greniers. Inauguration à 10 h 30.

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

La rentrée de 2013, comme en 2012, ou 2011...

Publié le par Dominique Lévêque

yeah-cest-rentree-classes-L-1.jpg Le 2 septembre 2011, vous lisiez ceci ici:

 

La rentrée est une formidable aventure. La rentrée, c'est la découverte d'une mue qui s'est opérée.

 

Les enfants se retrouvent grandis, changés. Ils ont oubliés les querelles de l'année passée. Une nouvelle équipe de camarades se forme, certains sont partis, d'autres sont différents. On change de prof, ou d'élèves, de classe, de collègue, de mission, de niveau. Les ados sont méconnaissables, ont des boutons ou n'en ont plus, ont connu l'amour ou l'espèrent cette année. Ils ont de nouveaux cahiers qu'ils se promettent bien tenus.

 

Les adultes se racontent leurs vacances. L'activité reprend, laissant de nouveaux espoirs aux exclus de retrouver un cadre. La politique se réanime jusqu'à la trêve des confiseurs.

 

La rentrée, c'est le printemps de septembre, c'est l'ouverture de nouveaux horizons. On s'est retrouvé soi même, recueilli pour que l'année passée ne laisse que l'utile du souvenir.

 

Toutes les nouveautés de la rentrée sont pour chacun l'occasion de continuer ou de retenter sa chance, de se refaire, même si on regrette ceux qui ne sont plus là. Bonne rentrée à tous.

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Journal des vacances

Publié le par Dominique Lévêque

19850723figaro.jpg

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Qui a peur des étincelles ne devient pas forgeron

Publié le par Dominique Lévêque

20120900blogjpr jprAh les réunions de partis! Jean-François COPE vient d'être élu, ou désigné, c'est selon, pour être le Président de l'UMP avant les primaires 2016.

 

C'est un peu comme en 2007, quand Joël TONDUSSON annonçait à son parti qu'il serait (seul) candidat à la candidature des municipales. Plus de 90% des militants ont voté POUR... Ou comme quand en 2008, pendant les réunions de campagne à Antoigné, on s'étonnait que la si active Véronique ne se positionne pas sur la liste.  "On a droit d'être 2 de la même famille sur une liste, mais ce n'est pas stratégique tout de suite, peut-être plus tard"... Quoiqu'en pensent les militants en conscience ou en cercles privés, ils voteront POUR...

 

Jean-Pierre RAFFARIN en prend peut être conscience quand il écrit dans son blog "La colère d’en-bas et l’attentisme d’en-haut vont faire des étincelles." Il ne l'écrit pas pour les manoeuvres qu'il dirige sur la droite locale, comme le coup RABIT du second tour 2008 à Châtellerault, contre un poste éligible aux régionales, par exemple. Il ne l'écrit pas parce que la France d'en bas le classe, lui, dans celle d'en haut. Il l'écrit au sujet de la gouvernance socialiste. Une petite nuance qui ternit la belle leçon de sagesse et de clairvoyance.   

Publié dans Aux thématiques

Partager cet article

Repost 0

Micro discours de la méthode

Publié le

Commencer l’apprentissage de la parole est, pour l'enfant, un outil précieux, mais aussi un outil qui va conditionner sa vie. Les passions qui s’y exercent sont parfois dociles, parfois rudes et subies. Ce n’est qu’avec une force intérieure qui pousse vers la compréhension des autres que la parole devient communication, que les épreuves de la vie ne sont plus des occasions d'échec, mais un travail sur soi pour trouver sa place. Le silence est une expression quand il est librement consenti.

Gilles Michaud écrivait un jour dans son blog : « La parole est exubérante, le geste est vrai, nu, presqu’économique ».  La parole libérée de ses passions devient simple et sincère. Vouloir travailler au-delà des limites induit un geste malhabile, une parole décorée qui cacherait une inadéquation entre les moyens et la tâche, qui mettrait l’Homme en situation d’incompétence, de manque de talent, de défaut de personnalité. La conquête du naturellement inaccessible ou des facultés de quelqu’un d’autre, ne se maintient pas. La copie ne vaut jamais l’original, la source des idées ne se tarit pas, celle de l’imposture se fatigue.

Noam Chomsky, linguiste américain, fait référence dans l'analyse des comportements du pouvoir. Il est aussi connu pour ses prises de position politiques d’abord controversées, ensuite admirées. Peut être grâce à la linguistique, sa lucidité s'exprime par une transmission d’idées accessibles. Pour convaincre, il faut être au niveau de son auditoire et exprimer ce en quoi on croit. A l’inverse, « empouler » ou déguiser un vocabulaire ne sert qu’à faire illusion d’un niveau, ne sert qu’à créer un artéfact. Compliquer toutes les situations, ou les présenter inabordables ne permet pas de déverrouiller les énergies. Ce n’est qu’une astuce, quelques fois inconsciente, pour écarter le nombre des prises de décisions et se les approprier, pour faire imaginer à ceux qui ne comprenne pas qu’on serait seul à être apte, parfois pour s'en convaincre soi même. La justesse d’un discours simple est sincère est bien plus puissante que tous les ornements qu'on y met. Le discours simple modélise les situations pour partager leur accomplissement.

Être « au dessus de la mêlée », ce n’est pas mettre une estrade ou des talonnettes sous ses pieds, c’est plutôt savoir prendre du recul. Encore faut-il savoir se sortir de l'inondation d'informations dont la source est unique et finalement dirigiste. Encore faut-il être capable de trier dans le bourbier des affects et des peurs de sa propre humanité. La maitrise de nos limites "nous protège de la toute-puissance et de l’autosuffisance et nous propose une relation avec le monde où l’Autre nous est nécessaire pour vivre".

Trouver le juste milieu entre compétence et légitimité est une opération délicate, comme un numéro d’équilibriste. Avoir raison ne sert à rien si l’on a raison seul. Beaucoup imaginent savoir faire mieux que les autres, peu sont dignes d’assumer la tâche d’être en responsabilité, de représenter. Un seul indicateur : la faculté d'oublier sa personne dans ses missions.

Publié dans bibliothèque

Partager cet article

Repost 0

L'autre François

Publié le par François Michelin

On écarte son désir de comprendre. On se dit : “Je suis à la mode, je suis moderne…” C’est une paresse intellectuelle. Un bon ingénieur, c’est celui qui n’est ­jamais content de ce qu’il sait. Le mode d’emploi pour remettre la France d’aplomb est simple : c’est le respect de la réalité.  

 

Le problème, ce ne sont pas les ­salaires, c’est que ces gens travaillent beaucoup plus que nous ! Parce qu’un homme qui travaille, c’est un homme qui se construit et qui peut sortir les choses qu’il porte en lui ! Moins on travaille, moins on sort de choses.  

Le drame de la France, c’est qu’il y a un ministère du Travail et pas un ministère de l’Œuvre ! Il y a une perte de sens.

   

Les-themes-1009.jpgL’inventeur du pneu radial m’a dit un jour : “Si vous n’aimez pas le pneumatique, foutez le camp. J’ai besoin d’un patron qui aime ce que je fais.” Ce qui est vrai, c’est qu’il y a des financiers qui n’ont plus le sens des hommes.

 

Quand j’ai vu comment mon grand-père vivait, j’ai compris que l’argent c’est très commode, mais que, si l’on n’y prend pas garde, c’est comme une drogue. Mon grand-père m’a dit deux choses que j’ai gardées : la vérité et la réalité sont plus grandes que toi, et l’argent doit être un serviteur, jamais un maître.


Nous aussi, nous avons quitté la France, mais d’une autre façon. On ne pouvait plus exporter de France, il fallait donc fabriquer sur place… J’aurais pourtant rêvé qu’on puisse exporter de France comme les Allemands exportent d’Allemagne… Quand on voit des jeunes ingénieurs en France qui n’obtiennent pas ce à quoi ils ont droit, on en a marre, on ne peut pas assumer ce mépris…

 

J’ai souvent essayé d’expliquer aux autres mon expérience de la vie industrielle, les erreurs qu’il ne fallait pas faire. Mais il y a un refus de la réalité dans le monde politique. La réalité, pour eux, c’est d’être réélus. Certains n’ont pas été comme ça, pour eux c’était vraiment une mission. Pompidou était de ceux-là. Ou Pinay, un réaliste.

 

On avait les mêmes initiales ! (NDLR: à propos de Mitterrand) J’apprécie les gens qui ont le souci du réel et qui cherchent à le comprendre. C’était un humaniste de grande taille, Mitterrand ! Alors il a fait des choses avec lesquelles je ne suis pas d’accord, mais la manière dont il travaillait dans sa tête était remarquable...Regardez comment il s’en est sorti ! Ils ont vu que ça ne marchait pas et, trois ans après, Fabius et lui ont changé de cap, à toute vitesse.

 

Ce qui reste d’une vie, quel que soit le support technique, c’est ce qu’on a appris auprès des hommes. Les hommes, c’est ça le plus im­portant.

 

Extrait de

l'intégrale de l'article en cliquant ICI

Publié dans Aux thématiques

Partager cet article

Repost 0

"L'Etat, c'est moi"

Publié le par Dominique Lévêque

Effet pervers de la décentralisation, ce sont les petits élus qui rechignent aux grandes réformes, et non la population. Comme l'homme de la rue devenu homme de salon peut s'énerver devant sa télé en apprenant la politique de rigueur, l'augmentation des impôts ou la diminution des retraites, l'élu local s'agace derrière son petit bureau des réductions budgétaires qu'impose l'Etat à sa collectivité, des mesures qui mettent en danger son mandat, sa place, son existence.

 

On aurait pu imaginer que l'élu aurait pensé, parlé et agi pour l'intérêt général. On aurait pu imaginer que l'élu aurait la faculté d'objectivité et de clairvoyance. On aurait eu tendance bêtement à le croire suffisamment instruit ou informé pour agir en héros discret.

 

Que nenni! Effet pervers de la décentralisation, les élus locaux ou les autres oublient souvent que leur collectivité ne leur appartient pas, et que l'Etat c'est eux, que l'Etat, c'est nous tous. L'Etat, c'est aussi moi. Quand l'Etat va mal, la France profonde va mal, et quand l'Europe titube, l'Etat chancelle. Effets pervers du progrès.

Publié dans Aux thématiques

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>