Une frangipanes individuel

Publié le par Dominique Lévêque

Fut un temps où l'on montrait aux enfants les affiches en ville, les étiquettes dans les vitrines, ou le journal pour qu'ils complètent leurs connaissances en expression et en orthographe. C'est révolu. Pour exemple cette vitrine de confiserie prestigieuse, à Châtellerault, qui étiquette un "Petit model". Ou cette boulangerie qui propose une "part de frangipanes individuel".

 

Côté élèves, la "5ème est une classe inutile". Côté profs, on attend la contre-réforme avant d'appliquer la réforme. Les textes officiels se multiplient, les directives s'entassent, les "non-productifs" de l'éducation, c'est à dire tous ceux qui ne sont pas face aux élèves, comptent depuis leurs bureaux les baisses de postes enseignants. Il faut séduire les élèves pour prévenir de la révolte sociale au prix de l'organisation du système. Il faut flatter les parents pour assurer les recrutements au prix de l'éducation.

 

Comme l'écrivait récemment dans son blog Gilles Michaud, "L'école se mêle de tout: la prévention routière, le sport, des initiations sociales diverses, au détriment du fondamental: écrire, lire, compter, se situer dans le temps (histoire) et dans l'espace (géographie)..." Tout est transformé en étude juridique ou en ligne budgétaire.  La France s'autoflagelle sur ses chiffres scolaires, alors qu'elle n'a pas à rougir de son système. On découd les principes fondateurs de la société en faisant miroiter de la liberté. Mais on ne génère qu'un désordre porteur d'inégalités.

 

Refondons l'école, peut être, mais dans quel référentiel? Car Jules Ferry est mort, la III ème République aussi, et la V ème est agonisante.

Publié dans Aux thématiques

Commenter cet article

Thierry 16/01/2013 15:07

Triste bilan national !

Nous assistons à une dégradation graduelle de notre culture, de nos mœurs, de nos traditions, de nos coutumes, par esprit libertaire, mondialiste et financier.

Où sont la Gauche et la Droite dans ce désordre républicain ?
Ils n’ont pas de réponse sinon la provocation arbitraire et partiale !

Demain, des ventres féconds changeront totalement notre civilisation judéo-chrétienne pour une copie métissée sans âme et déracinée. Ils seront réduits à l’état d’éponges, absorbant ce que l’on
dira de penser et de croire.
C’est quand même une grande utopie que de penser à une égalité de droits sans les devoirs. Pourtant, la nature se charge de nous rappeler la réalité, dans le combat que la vie impose.
Nous vivons sur les acquis de nos pères et oublions trop rapidement leurs sacrifices. Car le sacrifice demande de l’exigence et l’exigence fait l’homme.