Targé, un avenir à trois inconnues

Publié le par Dominique Lévêque

300130793_jAHhu-S-3.jpgTargé mon village est en grande dépendance. Depuis que son maire de 1972 a laissé opérer une fusion qui lui donnait un poste de Premier Adjoint de Châtellerault et qui donnait de nouvelles marges de manoeuvres au maire de Châtellerault, Targé n'existe que par la volonté et la mémoire des targéens. Qui voudrait pointer l'abérration du doigt serait ridiculisé. Maintenant, tout le monde s'en moque.

 

En 1972, pourtant, le législateur voulait déjà diminuer le nombre de communes, sans aller au bout. Les collectivités modernes n'ont pas résolu le problème: cantons, communautés de communes, communautés d'agglomération, syndicat de ci, pays, syndicats de çà, découpages, redécoupages, autant de dispositifs qui ne sont restés ingénieux que dans la tête des technocrates qui les ont pensés.

 

Ici, il y a un potentiel de réelle démocratie, pour soigner un village et vitaliser la ville. Mais ici, il n'y a que 718 électeurs. Mais ici, les gens votent dans la moyenne. L'avenir de la commune associée est à trois inconnues: le maire de Châtellerault, le maire délégué de Targé, et le respect des usages. Primo Veggian s'est appuyé sur la reconnaissance de Pierre Abelin, Michel Bidron sur sa propre persévèrance et sur la bienveillance d'Edith Cresson... Alors, Monsieur le Maire de Châtellerault de 2014, vous qui ne penserez pas qu'à Antoigné, choisissez comme Maire Délégué de Targé votre Première Adjointe ou un proche à qui vous ferez confiance et que vous aimerez retrouver sur une butte radieuse.

Publié dans Aux thématiques

Commenter cet article