Réaction à la grève de la faim de Monsieur Girault

Publié le par Dominique Lévêque

J’apprends avec stupeur que Monsieur Francis Girault, maire de Jaunay Clan, a entamé une grève de la faim pour protester contre la décision du préfet de fermer la décharge de Saint Georges lès Baillargeaux.

 

J’apporte tout mon soutien à Monsieur Girault qui va payer de sa personne pour le respect de la collectivité et des habitants. J’espère qu’il sera vite entendu. Je trouve bizarre la coïncidence entre ce dossier et celui de CODEVAL dont Monsieur Girault est président. Ce dossier a ému quelques élus de toutes tendances politiques confondues. J’ose espérer qu’aucune société privée n’a été privilégiée par le préfet, ou par le député maire de Châtellerault. La position de Monsieur Girault dans la majorité départementale n’est sans doute pas en lien avec les difficultés qu’il éprouve dans ses dossiers.

 

Je suis en revanche plus critique sur les propos du préfet qui déclare qu’ « En démocratie, il existe d'autres moyens que la grève de la faim ». Je me souviens en effet que dans l’affaire des glands du maire délégué que je suis, affaire qui cachait le respect de la loi et des communes, il n’a pas répondu et a fait signer un courrier décalé par son secrétaire général.  Ma requête argumentée adressée à Monsieur Hortefeux, ministre de l’Intérieur et des collectivités territoriales , n’a été suivie que d’un courrier d’attente d’un chef de cabinet, en mars 2010. Alors, Monsieur le Préfet, quels moyens existe-t-il d’être considéré dans votre démocratie personnelle ? Une prochaine délibération du conseil municipal de Châtellerault me permettra d’en débattre publiquement avec le député maire.

Publié dans Communiqués

Commenter cet article