Principe de précaution

Publié le par Dominique Lévêque

Des centaines, puis des milliers de personnes qui traversent un bourg, un village, une ville, pendant des années et des années. Et puis un jour, une erreur humaine. Jeunesse, alcool, fatigue, drogue, ou plus simplement une erreur... Un drame familial inacceptable.

 

On ne mesurera pas les centaines de milliers de passages normaux, on ne fera pas référence aux efforts des plus disciplinés pour éviter de mettre en danger la vie d'autrui. On n'évoquera pas la fragilité de l'Homme ou l'inaccessibilité de l'objectif louable du "zéro accident". On ne parlera pas du niveau d'exigence des formations ou de la clémence d'une société confortable qui croit progresser dans la facilité, la tolérance et l'individualisme.

 

On préfèrera réclamer justice et clamer la responsabilité de la collectivité. On préferera se dédouaner en ordonnant des travaux d'aménagement simplistes et populistes sur de l'argent collectif.

 

Comme disait mon ami Alain: "Au prochain noyé, on pompe l'océan"...

 

Publié dans l'air du temps

Commenter cet article

Merlaud 19/03/2012 14:43

Excellent votre billet.
C'est tout à fait ça !