Peu d'incertitude dans le canton de Châtellerault-sud

Publié le par Nouvelle République

Dans un canton en profonde mutation, partagé entre la Plaine d'Ozon et Naintré, le sortant socialiste Christian Michaud part logiquement favori.

 

20110316nr-cantonales-zoom-chatell-sud.jpgLa profonde mutation du quartier de la Plaine d'Ozon (ici les nouveaux bâtiments de l'avenue Pierre-Abelin) est un des enjeux d'avenir du canton.  - (dr)

A Châtellerault-sud, l'élection cantonale ne se résumera pas à un duel... d'homonymes, aussi savoureux soit-il. Ce « Michaud contre Michaud » qui fait sourire tout le monde.

Car le canton a de vrais problèmes à régler. Comment gérer la profonde mutation engagée dans le quartier de la Plaine d'Ozon ? Comment anticiper l'expansion démographique et économique de Naintré, qui flirte désormais avec les 6.000 habitants ? Quelle place laissée aux deux villages de Targé et de Senillé ?

Autant d'enjeux et toutes les questions qu'ils impliquent en matière d'action sociale, de logement, de transports ou d'équipement.

 

La droite ne s'est pas risquée à engager un '' cador ''

Critiqué par ses adversaires justement pour son manque de « visibilité » dans ces grands débats, le maire PS de Naintré ne veut pas afficher la sérénité que lui confère pourtant sa position de sortant.

« Dans une élection, je n'ai jamais été confiant, livrait il y a quelques jours Christian Michaud. Disons que je suis inquiet et attentif. La campagne se passe bien. On dit les choses et on attend de voir la suite ! » En 2004, le même avait réussi l'exploit de déboulonner le centriste Ghislain Delaroche et de redonner à la gauche un canton perdu depuis 1992.

Avec l'abstention, peut-être son principal adversaire, Christian Michaud est confronté à cinq concurrents. Preuve d'un canton difficilement prenable, la droite ne s'est pas risquée à y engager un « cador ». L'UMP a missionné le discret Alain Lepore, dont le seul fait d'arme est d'avoir figuré sur la liste de Philippe Rabit lors des dernières municipales à Châtellerault.

Le Front national est également de la bataille, ici comme dans huit autres cantons de la Vienne, avec un habitué, le secrétaire départemental du mouvement Éric Audebert. La curiosité sera d'observer si le Front bénéficie localement de l'effet Marine Le Pen.

 

L'énigme Gilles Michaud

A gauche, on sait que Catherine Barrault, pour les écologistes, et Pierre Baraudon, pour le Front de gauche, ne peuvent guère espérer autre chose que des miettes. La grande inconnue réside en fait dans le poids de Gilles Michaud, qui se présente au nom du Parti radical de gauche. On sait que le magistrat, dont on a beaucoup parlé lors de la défaite de la gauche en 2008 à Châtellerault, a besoin de se refaire une virginité électorale autant que de s'aguerrir au combat. Il revendique le soutien de Michel Droin, un farouche adversaire du sortant, qui possède de nombreux relais à Naintré. S'il est là pour gagner, assure-t-il, Gilles Michaud attend sans doute surtout un score représentatif qui lui permettrait de peser dans de futures échéances !

 

Résultats du premier tour en 2004 : Delaroche (UDF), 30,97 % ; Droin (DVG), 4,08 % ; Gratteau (Verts), 5,22 % ; Pipet (PCF), 6,31 % ; Laraque (FN), 10,95 % ; Lafond (PT), 1,96 % ; Leclaire (LO), 3,02 % ; Michaud (PS), 36,63 % ; Savin (Alt), 0,86 %. Résultats du deuxième tour : Michaud, 57 % ; Delaroche, 43 %.

repères

 

Six candidats en lice

Christian Michaud (Parti socialiste), Laurence Aumon (remplaçante) ; Pierre Baraudon (Front de gauche-Parti communiste), Françoise Parnaudeau (remplaçante) ; Éric Audebert (Front national), Edwige Martin (remplaçante) ; Alain Lepore (majorité départementale, UMP), Anouk Mercier (remplaçante) ; Gilles Michaud (Parti radical de gauche), Viviane Debiais (remplaçante) ; Catherine Barrault (Europe Écologie- Les Verts), Bruno Massonneau (remplaçant).

Franck Bastard

Publié dans La revue

Commenter cet article