Matrone, signe du fils

Publié le par Dominique Lévêque

La guérison de la belle-mère de Simon-Pierre (1658)Monsieur Gilles MICHAUD évoque dans son blog la guérison par Jésus d'une belle-mère, selon l'Evangile de dimanche dernier. Il explique que symboliquement, c'est la guérison de la matrone, de la maîtresse de maison, celle qui est la lumière du foyer, dont le relèvement permet de refaire fonctionner la maisonnée.

 

C'était donc çà! Quel sacré cabinet que celui de Monsieur Jean Pierre ABELIN: sa fille Directrice de cabinet, sa 1ere adjointe, sa proche collaboratrice, son autre collaboratrice, son hôtesse d'accueil. Les mêmes et à la maison sa femme en plus, Châtellerault peut s'endormir sur ses deux oreilles. Si Jésus n'est pas disponible, il y aura une matrone de secours pour assurer le relèvement et faire fonctionner toute la maisonnée,

Publié dans l'air du temps

Commenter cet article