Marianne crie de douleur

Publié le par Dominique Lévêque

Jacques Chirac aout 2011Monsieur Le Président Jacques CHIRAC vient d'être condamné, et déjà une certaine gauche exulte précocément. Au zénith, Monsieur HOLLANDE y voit le signe qu'il faut réformer la fonction de Président, et madame JOLY un espoir de recul de l'impunité. Cette gauche là ne sort pas grandie de ces turpitudes à mémoire morte. Même Monsieur Fillon n'y voit comme anomalie que le retard du jugement. Monsieur le Maire de Montamisé, dans la Vienne, en est tout ébranlé. Il faudrait être surpris que les politiques passent leur temps à se protéger plutôt qu'à agir.

 

Que veut le peuple cathodique? Que son président roule en Clio, qu'il paye son repas à l'Elysée avec des tickets restaurants, et que grâce à çà les impôts diminuent? Des emplois fictifs, il y en a plein les collectivités et quelques uns dans les entreprises. Si faire le secrétariat d'un parti politique sur son temps de travail de mairie est condamnable, alors ils vont tomber par centaines, de droite, de gauche... Les utilisations de budget à des fins de promotion partisane se font désormais sous couvert de Commissions d'Appels d'Offre, plus coûteuses.

 

Monsieur HOLLANDE sera peut être bientôt Président. Il pourrait, face à la sagesse de la famille CHIRAC, ne pas trop jouer avec la fonction qu'il n'a pas encore pratiquée, car "plus blanc que blanc, c'est transparent" disait COLUCHE. Le consumérisme des affaires ne nettoie pas la République, il la salit d'abord, et la dépouille ensuite. Un vieux sage de l'ouest de Châtellerault me disait au printemps dernier: "J'ai bien peur que la France soit mûre pour sa dictature".

Publié dans l'air du temps

Commenter cet article