Liberté, égalité, fraternité, laicité, religion et j'en passe...

Publié le par Dominique

A l'occasion d'un zap exceptionnel, je tombe par hasard sur une chaîne d'information de la TNT. On diffuse un petit reportage sur une manifestation célébrant la III ème république, et, soi-disant, "la laïcité". Une militante intervient brièvement à l'antenne, pour dire "L'Islam un fascisme". Pendant combien de temps encore va-t-on laisser de pareilles absurdités se répandre, tant de haine se déverser, et tant d'éducation se compromettre devant une opulence nauséabonde d'informations erronées?

 

Dans le même temps, du côté de Lille,  les cantines généralisent les menus Hallal, les garçons et les filles sont séparés à l'école. Les restaurants de sandwiches certifient leur produits conformes aux pratiques musulmanes. Être prêtre entraine la présomption de culpabilité de perversité.

 

Oh, mon cher Topaze, vous devez vous retourner dans votre tombe. Où est le juste milieu, qui n'est pas forcément au centre, où est le bon sens? N'y a-t-il qu'un côté qui a un bord extrême? Avant de vouloir ajouter "Laïcité" à notre devise républicaine, il faudrait revenir aux fondements de cette république, il faudrait commencer par apprendre ce qu'est la République, ce qu'elle signifie. Il faudrait pouvoir y réflechir à l'école, et approfondir au delà des intérêts immédiats.

 

Oui, tout individu est digne de notre République, sans distinction de race ou de croyance. 

 

Je citais récemment Montherlant décrivant ainsi la France de la fin des années 30: « une morale où l’indignation est appelée « mauvais caractère », où l’expression de ce qui est, est appelée « inconvenance », où tout homme qui se tient à ses principes, et dit non, est décrété « impossible" ".  

 

Indignez vous avec moi, parce qu'on en parle, mais on y va quand même, lentement, mais surement.

Publié dans l'air du temps

Commenter cet article