Le dernier rempart

Publié le par Dominique Lévêque

maryse-lavrard.jpgLe dernier rempart de la ville va disparaitre! Tout sera détruit. «Tout ce qu'on fouille et étudie sur site est appelé à être détruit par la suite pour l'implantation du cinéma», indique Maryse Lavrard, première adjointe en charge du patrimoine, dans la presse.

 

Ne nous laissons pas aller à l'idée que Maryse Lavrard assiège les remparts de la ville pour y faire son cinéma, en vue des élections municipales.  N'imaginons pas non plus que la lecture du "Gendarmes: remparts de la société" de Gustave Flaubert l'ait incitée à faire disparaitre tout souvenir de l'école de gendarmerie. Ne soupçonnons pas une volonté d'absorber Targé, guidée par Sylvain Tesson qui écrit: "Autrefois les remparts empêchaient les villes de déborder dans la campagne."

 

Voyons plutôt l'opportunité pour la Police Municipale fraichement constituée de profiter des fouilles pour s'exercer.

 

Donnons plutôt à Maryse Lavrard le crédit d'être inspirée par Horace, avec "L’homme d’honneur n’a pas de rempart aussi sûr qu'une âme sans remords et qu’un coeur toujours pur». A moins que Saint Augustin, lui ait dicté que "la prière est le plus grand rempart de l'âme". A propos de crédit, combien ça coûte ? La ville va débourser 135.000 € pour ces trois semaines de fouilles archéologiques. Alexis Carrel avait pourtant averti: "Seul l'amour a la puissance de renverser les remparts derrière lesquels s'abrite notre égoïsme..."

 

C'est peut-être à cette idée que Maryse Lavrard partage les vérités de son certain âge alors que le cinema enfouiera bientôt les fosses du moyen âge.

Publié dans Aux thématiques

Commenter cet article