Le budget des familles n'est pas un tiroir caisse

Publié le par Dominique Lévêque

Quelques élus autour d'une table. Des gens le plus souvent ordinaires, juste assez épargnés par la vie pour avoir eu le temps et les moyens de chasser une petite gratification sociale. Quand on ne touche pas une petite indemnité. Même dérisoire, çà permet de rendre la retraite un peu plus confortable.
 
tn_facture-eau.jpgOrdre du jour: augmentation annuelle des tarifs. Bien sûr, le grand argentier est présent pour, dans son rôle de gestionnaire, mettre en garde l'assistance sur les risques financiers liés aux investissements en cours. Alors, même si on se rappelle qu'on a été modeste, aujourd'hui, on est responsable, on porte "Le brassard" de Fernand Raynaud.
 
"On ne va pas prendre le risque d'être accusé, soit d'avoir voulu ralentir le rythme des travaux, soit d'avoir dépensé l'argent sans le faire rentrer". Les techniciens ont préparé trois hypothèses: 3%, 4% ou 5%. "On pourrait limiter à 4%? 3%, çà va être juste. Mais alors il faudrait supprimer cette tranche trop avantageuse!" "Vous pouvez aussi jouer sur les frais de facturation. A moins que vous préferiez différer ces travaux que vos administrés ont demandé?" "D'accord! 5%, suppression de la tranche avantageuse et augmentation des frais. On ne sait jamais. Et puis, après tout, çà ne représente pas tant que çà sur une facture moyenne d'usager!" 
 
Pendant ce temps là, c'est le budget des familles qui sert de tiroir caisse.
 
 
"Le brassard", de Fernand RAYNAUD:

Publié dans l'air du temps

Commenter cet article