La laïcisation selon cinq pierres

Publié le par Dominique Lévêque

Voilà bien une question intéressante que celle posée par Gilles MIchaud, dans son blog où les articles fleurissent comme les toiles d'araignées envahissent votre garage pendant vos vacances estivales. "Au moment des débats préparatoires à la loi du 9 décembre 1905 sur la séparation des églises et de l'Etat, l'Eglise catholique a "joué fin" en refusant d'acquérir les biens immobiliers que constituaient les églises et en en laissant la propriété et l'entretien aux communes avec un bail moral d'éternité."

 

Il ajoute: "la désaffection des fidèles d'une part et le coût de la sauvegarde et de l'amélioration du patrimoine écclésial dit de culte, d'autre part, ont provoqué des délibérations politiques locales autorisant la démolition d'églises (5 depuis le début de l'année, et 250 "dans les tuyaux) [...] Il faut reconnaître que nombre d'églises ne présentent aucun intérêt architectural majeur, notamment celles du 19 ième siècle, du style Lésigny, Pleumartin, Dangé, ... en temps de vaches budgétaires maigres, les communes ne peuvent plus entretenir ad vitam aeternam un patrimoine religieux spirituellement "mort." Et il conclut: "enfin qu'est-ce qui "fait église", ceux qui sont rassemblés en Son nom ou les pierres?"

 

Le Gua mediatheque.jpgEn l'état, le sujet mérite quelque développement: 

 

D'abord, il convient de se rassurer. Car il existe de plus en plus d'anciens édifices religieux qui ne sont pas simplement démolis, mais qui sont reconvertis, souvent avec bonheur, dans une sorte de volonté presque superstitieuse de ne pas écraser l'esprit d'un village comme on appuierait sur une touche "Suppr". On trouve ainsi une chapelle réaménagée à Champigny sur Veude, près de Richelieu. A Port Boulet, Bourgueil, c'est une salle des fêtes qui s'est aménagée récemment. Enfin, dans le village Le Gua, en Charente Maritime, le restaurant de nourriture spirituelle a changé la carte en proposant de la nourriture intellectuelle et culturelle puisque qu'une petite église s'est changée en médiathèque, de l'espérance à l'espoir.

 

Ensuite, il y a la notion de patrimoine. Pourquoi sauverait-on les pierres qui ont de l'âge au détriment des pôles qui en ont moins? Car l'apparence flatteuse d'un style ou l'âge canonique d'un autre ne reflètent pas toutes les périodes de l'humanité, et il faut bien aussi que l'architecture contemporaine, faste ou plus médiocre, laisse sa trace. Imaginez que nos petits enfants pourraient inscrire un jour l'école Haigneré aux monuments historiques: la crise de rire!

 

Enfin, pourquoi alors s'acharner chèrement sur les vestiges des Eglises Notre Dame et Saint Romain?

 

"Liberez-vous" enseignait sa Sainteté le pape Jean-Paul II. Voici donc un projet inédit: réaménageons l'église Saint Jean l'Evangéliste pour y installer la fameuse maison de santé de Châteauneuf! Si la voix céleste n'assure pas la guérison, la cloche russe s'occupera de garder le bourdon. (Du Docteur Tondusson) (NDLR: c'est juste pour la rime) 

 

 

 

Publié dans Aux thématiques

Commenter cet article