"L'école est le grand média de la République"*

Publié le par Dominique Lévêque

Drapeau-francais-par-Patrick-Kovarik-AFP-.jpgLes sénateurs ont voté un amendement du gouvernement prévoyant que "la devise de la République et le drapeau tricolore sont apposés sur la façade des écoles et des établissements d'enseignement du second degré publics et privés sous contrat". Il stipule également que la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789 sera affichée "de manière visible" dans les locaux scolaires.

 

Bien. Le signal est détonnant. Les attentes sur la refondation de l'école étaient nombreuses. On a imaginé enfin se dire que la méthode dite globale, pour l'apprentissage de la lecture et de l'écriture, avait sacrifié des générations d'enfants devenus des adultes mal lettrés. On a cru que que c'en était fini des classes de plus de trente élèves. On a supposé qu'on allait peut être revoir des parents responsables de l'éducation de leurs enfants, permettant aux enseignants de reprendre le chemin des connaissances et des compétences avec leurs élèves. On a rêvé de plus de coeur de métier, de plus de face à face élèves, de moins de réformes vides et creuses. On a effleuré l'espoir d'une école de la République où le respect des uns pour les autres serait ferment de dignité, d'accomplissement et d'élévation.

 

On a eu un drapeau. Pourvu qu'il y ait du vent.

On a eu un tableau. Pourvu qu'il y ait de la lumière.

 

Les glands, c'est si futile. 

 

*Noël Mammère, Ma République

Publié dans l'air du temps

Commenter cet article