J'ai exercé une certaine influence

Publié le par Jean-Pierre CHEVENEMENT

 che2012 2Je me suis porté candidat pour faire bouger les lignes. Je peux considérer que j'ai exercé une certaine influence dans la mesure où on a vu, tour à tour, Nicolas Sarkozy et François Hollande dire qu'il fallait brancher le Fonds Européen de Solidarité Financière (FESF) sur la Banque Centrale Européenne (BCE).

 

Madame Merkel a refusé, mais en même temps, la BCE inonde les banques de liquidités et, dans une certaine mesure, ces banques achètent des titres de dette publique, ce qui favorise une certaine détente. Il y a un petit répit.

 

Néanmoins le problème reste entier. Ce qui se profile avec le traité européen, qui est en voie de finalisation, c'est la récession à perpétuité. Je pense pouvoir intervenir encore utilement pour faire préciser un certain nombre de points. Par exemple, François Hollande veut faire plier Madame Merkel pour obtenir qu'on ajoute des moteurs de croissance au traité européen. Ils sont nécessaires.

 

La désindustrialisation s'explique par une ouverture complétement incontrôlée de nos frontières, par le fait que nous avons une monnaie surévaluée. Et, comme je pense qu'il sera difficile de rétablir autour de l'Union Européenne des droits de douane, car beaucoup de pays y sont opposés, je pense que seule une dévaluation de l'euro serait de nature à faire revenir en France les investissements et empêcher les délocalisations. Le Ministère de l'industrie est malheureusement devenu un prête-nom, une annexe du Ministère des finances.

 

 Entretien du midi de France Bleu, vendredi 27 janvier 2012. Interview de Denis Faroud et Mathilde Montagnon.

Publié dans l'air du temps

Commenter cet article