Emporté par la foule

Publié le par Dominique Lévêque

20121120-jerome-cahuzac-ministre-budget.jpgAvouer sa faute en protégeant tous les autres: un geste noble mais bien ingrat.

 

Le processus intellectuel rappelle la dichotomie qui traite de l'avenir du livre et de la virtualité du numérique. Le risque est d'éluder la propriété intellectuelle et l'intégrité de l'oeuvre au bénéfice de la sensation intime créée par le support à "la manière de la madeleine de Proust". En quelque sorte un conflit de génération. L'idée est cachée derrière les mots. Le sens profond est sous l'image. L'oeuvre de l'esprit ne saurait être comdamnée à un format. L'essence s'atteint par l'esprit critique né de l'intelligence, elle n'oppose pas les sens de la vie matérielle de l'être, du plus grand nombre. 

 

Eut-il mieux valu que celui qui a pêché ne se repente pas, qu'il transforme en acte juridique sans fin son mensonge, ou qu'il "mouille" tous ses proches?

 

La faute reconnue sera punie, l'affaire est entendue et semble juste. Mais que le monde politique doit être fragile, faible, craintif et affamé pour se jeter sur un cadavre comme un charognard. Là aussi, il y a des relans d'années 30.

 

Que le fautif trouve la paix, que tous les autres fautifs pensent à se racheter, et que chacun nettoie devant sa porte.

Publié dans l'air du temps

Commenter cet article

Thierry 06/04/2013 17:08

http://grosseimposture.over-blog.com/article-il-fallait-dissoudre-l-assemblee-116846114.html
La dissolution ...selon Cahuzac

Thierry 06/04/2013 15:54

Malgré son parjure au sein de l’Assemblée Nationale. Cahuzac, est dans son droit, de retrouver sa place de député. Sa liberté de parlementaire lui donne la possibilité de mentir dans sa fonction
et, rien n’est prévu sur ces fautes morales.
Légitimé par le peuple, son mandat l’oblige à une représentation nationale et en cela, personne ne peut le contraindre.

La politique n’a pas de morale.

Il est devenu du jour au lendemain le mouton noir alors qu’il était considéré comme le chantre du socialisme d’avenir, promis à une grande carrière, un peu à la façon DSK mais sur un autre
registre. On comprend l’affolement du cercle de tête des socialistes qui veulent absolument l’évincer rapidement, comme antérieurement avec le trublion Tapie.

On peut se poser la question, sur cette affaire très, voir trop personnelle. A priori, il avait tout pour réussir, un talent médical reconnu, une carrière politique locale bien ancrée, un charisme
de vedette américaine, en bref une promesse de grande carrière politique.
Malheureusement, un petit caillou a grippé la marche normale du fils prodigue, d’un gouvernement normal avec ce Président excessivement normal ! - Par expérience, ceux qui en font trop, vis-à-vis
des autres, cachent souvent une réalité inavouable.

On peut avoir du mal à comprendre, qu’un seul homme de cette caste politique, soit seul, dans son délire financier sans que d’autres n’en soient pas informés. Il n’était pas seul dans cette caverne
d’alibabas !
Cahuzac, a vraisemblablement été le trésorier de cette machine à gaz socialiste et à moins d’un complot, ce qui est très habituel chez les socialistes … Le danger, c’est la fuite du faiseur de
pognon.
La République est dans une situation grave car la droite n’est pas un parangon de vertus.

Thierry 06/04/2013 10:58

Bien vu !
lire bien sûr : la mère de ses enfants.