(é) moi médiatique

Publié le par Nouvelle République

logo nrco

La semaine dernière : un célèbre radical de gauche, féru de justice, se plaint de ne pas avoir été cité dans la presse lors du dernier conseil municipal de Châtellerault (rassurons ses proches : il était bel et bien au conseil) et se rabat sur son blog, « sujet aux railleries dans les échos ». Cette semaine : c'est au tour d'un non moins illustre élu socialiste, pro-Royal, de critiquer cette fois-ci le manque d'«équilibre » dans la presse après la publication rapprochée d'articles consacrés au maire de Châtellerault et à sa directrice de cabinet de fille ; d'autant, poursuit-il, que s'il y a un parti dont il faut parler en priorité, c'est le PS, puisque, « pour mémoire », c'est le « PS Châtelleraudais qui a gagné aux dernières cantonales et régionales ».
Question : certains élus, pas du tout mégalos, ne se sentiraient-ils pas, par hasard, en mal de reconnaissance et d'existence médiatique ? Pas sûr que cet entrefilet suffise à contenter leur '' (é) moi médiatique ''...

D.F.

Publié dans La revue

Commenter cet article