Dominique Lévêque se lâche et se fâche !

Publié le par Nouvelle République

On s'était arrêté à l'affaire des glands... Que s'est-il passé depuis ? Les choses se sont arrangées avec le maire ?

 

Dominique Lévêque : « Pas du tout ! Pour tout dire, je suis coincé dans toutes mes délégations. »

 

C'est-à-dire ?

 

« Sur Targé, l'Assemblée des habitants a été éliminée au profit d'une réunion de quartier. La commission consultative se réunit en dépit de la loi, quand le député-maire est là. Je ne suis plus associé aux décisions de la commune. Je ne peux même pas demander au cantonnier de faire quelque chose ! Sur le CCAS, on en est au même point. Le recrutement du nouveau directeur est en cours. C'est le maire qui choisit, ça c'est normal. Mais je ne me fais pas d'illusion, il prendra ses ordres auprès de la direction générale des services et de la direction du cabinet.  - '' Je sens bien aujourd'hui la volonté de m'écarter '' Concernant l'insertion, tous les dossiers sont bloqués. Pas de décision sur Audacie qui est en déficit chronique et pour laquelle il faut faire de choix. Les réunions se font sans moi [...] » Et à la Mission locale (dont il est président délégué N.D.L.R.) ? « C'est le mandat où je suis le plus en difficulté. J'invite à l'assemblée générale du 21 avril. Le président décide de tout annuler, c'est relativement indélicat. Je lui ai adressé un courrier le 3 mai. Un conseil d'administration se déroule cet après-midi (mercredi N.D.L.R.). Il aura lieu sans moi. »

 

 Mais vous n'avez pas eu de réponses à vos différents courriers ?

 

« Non jamais ! On s'est rencontré deux fois avec Jean-Pierre Abelin pour essayer d'arranger les procédures... Ça doit être la rançon du succès de l'ouverture : quand on prend un socialiste pour gagner les voies de gauche, il faut se donner les moyens de travailler ensemble. Je sens bien aujourd'hui la volonté de m'écarter, maintenant que les élections ont été gagnées. Il ne sera pas dit que j'aurai fait battre Tondusson pour assister passivement à une gouvernance pas convenable. Donc je garde le cap ! Je suis utile pour veiller au grain. »

 

Candidat sur le canton ouest ? Un moment ou à un autre, cela va être difficilement tenable, non ?

 

« Il (Abelin) a profité de moi, de mes voies de gauche et des déçus de Tondusson [...] Mais il y a sans doute une 2 e manche à gagner. Je me sens déterminé mais je tiendrai comme je pourrai tenir ! Car il a effectivement beaucoup de pouvoir. »

 

Avez-vous des contacts avec les socialistes ?

 

 « C'est la raison pour laquelle ma situation se complexifie beaucoup. Car Abelin sait très bien que je peux regagner le PS si les militants me l'accordent. Il n'est pas exclu que je demande à réintégrer le PS car, pour moi, l'avenir de cette ville, il est dans la réunion de toutes les gauches et centres de la ville. C'est un chantier que j'aimerais bien mener. Maintenant que j'ai terminé ma '' sale besogne '' »

 

Vous avez des prétentions électorales ?

 

 « Je pourrais être candidat à la candidature sur le canton ouest pour une grande gauche centriste sur Châtellerault. Je ne le ferais pas contre Michel Guérin (*) mais avec lui. » (*) L'ancien 1 er adjoint à Tondusson a annoncé récemment son intention de revenir sur la scène politique.

 

20100514-dom-lev-se-lache-et-se-fache.jpg 

Dominique Lévêque : '' Quand on prend un socialiste pour gagner les voies de gauche, il faut se donner les moyens de travailler ensemble.'' - - Photo NR

 

Décryptage Le vilain petit canard

La lune de miel n'aura pas duré bien longtemps. Présenté comme un candidat de l'ouverture sur la liste d'Abelin aux municipales, où il était placé en 3 e position, Dominique Lévêque, transfuge du PS, semble devenu le vilain petit canard de la majorité municipale. Il détient pourtant des mandats-clés dans l'équipe Abelin en tant que maire délégué de Targé et élu de référence pour l'insertion et l'action sociale ! Les relations entre l'ex-socialiste et ses nouveaux amis, et spécialement le maire Jean-Pierre Abelin, se sont dégradées lentement mais sûrement. Les tensions sont apparues au grand jour avec « l'affaire des glands », le maire contestant à son maire délégué de Targé le droit de porter... des glands dorés sur son écharpe tricolore. « C'est l'arbre qui cache la forêt », écrivions-nous alors. Au vu des dernières déclarations de Dominique Lévêque, c'était vrai. Reste à savoir comment les socialistes accueilleront la volonté exprimée par l'intéressé de revenir au bercail. Lui se voit une sorte de destin localement mais surtout un poids qui reste à démontrer.

 

Recueilli par Franck Bastard

Publié dans La revue

Commenter cet article