Dominique Lévêque n'ira pas aux cantonales en mars !

Publié le par Nouvelle République

Tout le monde voyait Dominique Lévêque candidat sur le canton Ouest. Finalement, il n'ira pas, votera Gilles Michaud et soutiendra Philippe Mis !

20110128nr-abandon-cantonales.jpg

Ce renoncement, Dominique Lévêque est conscient que ce sera peut-être son dernier véritable acte politique. - (dr)

 

Il en avait pourtant très envie ! Il avait même trouvé une remplaçante. Et puis, Dominique Lévêque, avant d'annoncer sa candidature s'est interrogé sur la signification réelle de celle-ci. Hier, c'est avec un fort pincement au coeur qu'il a annoncé qu'il renonçait.

« Moi, ce que j'aimais, c'était le travail au CCAS. Mais j'ai eu le tort de dire que je n'étais pas d'accord avec Jean-Pierre Abelin ! Maire délégué de Targé, oui, ça m'intéresse. Et je vais exercer consciencieusement ce mandat jusqu'au bout. Mais quand on sait que je ne peux pas demander à l'employé communal de faire quoi que ce soit sans en référer à Châtellerault, c'est décourageant ! »

A titre personnel, le citoyen Lévêque s'est d'abord retrouvé face à ses contradictions. « J'habite Targé. Le canton naturel pour me présenter, c'est donc le Sud. Mais, entre Christian et Gilles Michaud, ma candidature n'apporterait rien. »

Il indique au passage qu'il apprécie le travail de Christian, mais que celui-ci ayant toutes les chances de laisser sa place à sa remplaçante en cas de succès « envisageable » au parlement, il votera donc pour Gilles !

Le canton Ouest l'intéressait plus. « Un canton prit en otage dans une série d'intérêts particuliers et utilisé comme '' tour de chauffe '' des municipales de 2014. Mais je crains que cette candidature soit interprétée comme dictée par un opportunisme personnel, par une ambition démesurée. Si les électeurs rejettent les luttes partisanes stériles, je regrette que beaucoup ne comprennent pas qu'on puisse simplement avoir l'envie de mener un travail de terrain. »

« Dans cette campagne, j'aurais été d'abord l'adversaire de Michel Guérin qui ne sera même pas à la hauteur de Joël Tondusson. Je soutiendrai donc le candidat de la majorité départementale. »

A quoi bon changer de majorité ?

Il est visiblement amer, Dominique Lévêque. Mais il a sans doute aussi le sentiment très clair de son impuissance à changer le cours de choses. « Sur le fond, je suis d'accord avec la réforme des collectivités qui se met en place et prendra effet dans trois ans. Alors, pourquoi changer de majorité départementale d'ici là puisque la majorité à venir ne pourra travailler que dans le prolongement de celle qui existe aujourd'hui ? »

Laurent Pinot

 

 

Publié dans La revue

Commenter cet article