Cumuls

Publié le par Nouvelle République Centre Presse

On ne compte déjà plus les promesses de début de campagne avec lesquelles les partis politiques et les élus prennent leurs distances. Le maire socialiste de Tours, Jean Germain, vient de tordre le cou à l'une de celles dont le PS avait fait l'un des symboles d'une vie démocratique renouvelée : la fin du cumul des mandats. Il a annoncé qu'il se représentera aux municipales de 2014 et qu'il n'a pas l'intention d'abandonner son tout nouveau mandat de sénateur. Jean Germain dit tout haut ce que beaucoup de socialistes pensent tout bas. A Poitiers, Alain Claeys a toujours déclaré qu'il appliquerait les consignes mais n'a jamais montré un enthousiasme débordant pour les promesses du PS en la matière. Après avoir pris la tête de la croisade contre les cumulards, Ségolène Royal distille petit à petit, via sa garde rapprochée, des petites phrases qui laissent à penser qu'elle voudra cumuler le mandat de députée de La Rochelle qu'elle brigue et celui de présidente du conseil régional. Les temps changent. Les discours aussi.

 

Alain Defaye

 

logo nrco

Publié dans La revue

Commenter cet article

Merlaud 02/04/2012 11:03

Quel monde merveilleux !
Il y en a un qui promet un Smig à 1700 euros tout comme l'ami Mitterrand avec son Smig à 7000 francs à l'époque. Le plus triste c'est que cela devait être immédiat, les pauvres gens ont attendus
plus de trente ans. Par contre, la place était bonne et immédiate pour l'annonceur.
Il ne faut s'étonner de l'abstention ...