Bal tragique au PS !

Publié le par Dominique Lévêque

Ambiance des grands jours à la section locale du Parti socialiste, qui organisait, vendredi, sa soirée de rentrée sur fond de querelles pour les cantonales.
20100920nr bal targique psEdith Cresson déboule et ne cache pas sa mauvaise humeur. « Ubuesque ! »,
lâche-t-elle en ravalant sa colère.
Malaise, vendredi soir, pour la soirée de rentrée du Parti socialiste où les
mines déconfites et les sourires forcés résument bien la situation. Michel
Guérin a sa tête des mauvais jours, Annick Deyna ne pipe pas mot. Les deux
candidats à l'investiture pour les cantonales sur le canton ouest (*) ne
s'adressent pas la parole. Joël Tondusson est aux abonnés absents.
Forcément, les responsables socialistes n'échappent pas à la question... «
L'ambiance ? Elle est bonne, il n'y a ici que des socialistes ! », plaisante Cyril
Cibert, le secrétaire de section.
 
Un que ça ne fait pas rire, c'est Alain Claeys
Le même n'élude pas le problème même s'il est doué pour les euphémismes.
« Faire taire les querelles et les egos, c'est mon job, tente l'intéressé. Oui,
c'est vrai il y a un petit trouble car l'enjeu est très important ! »
Venu en ami de Poitiers, le patron de la fédération PS de la Vienne Jean-
François Macaire ne peut, de son côté, que constater les dégâts. « Ce qui est
logique dans le débat interne d'un parti peut être mal perçu à l'extérieur.
Nous, on cherche à rapprocher les points de vue. » C'est le cas pour la paire
Guérin-Deyna ? « Cela fait partie de ce qu'on peut rechercher », jure le patron
de la fédé, visiblement sans illusions.
Un que le particularisme châtelleraudais ne fait pas rire, c'est Alain Claeys, le
député-maire de Poitiers, invité de la soirée. « Je ne souris à rien de ce qu'il
se passe au Parti socialiste », pérore-t-il, avant d'avertir plus tard : « Il faut
arrêter les querelles, les militants veulent travailler. » Tragi-comique.
(*) Le vote des militants aura lieu le 30 septembre.
Centre Presse - Nouvelle République, 20/09/2010
           

Publié dans P'tit break

Commenter cet article