C'est où qu'i' sont-y passés les sous?

Publié le par Dominique Lévêque sur une idée drôlement originale du groupe Cibert

les-lumieres-de-la-ville.jpgQuand tout augmente, sauf le salaire, une seule solution: il faut dépenser moins. C'est pareil pour le budget des collectivités.

 

Alors qu'on éteigne la lumière en pleine nuit, c'est d'abord une économie financière, c'est  aussi une économie d'énergie pour l'environnement. La diminution de service n'impacte pas grand monde. Le prestige de la ville n'en souffre pas, il pourrait même être valorisé par cet acte de gestion raisonnée.

 

De la même manière que pour les lumières, le ramassage des déchets ménagers une seule fois par semaine peut être intégré facilement, pour peu qu'on y mette un peu de bonne volonté. Des points de dépôt enterrés sont programmés pour permettre de se débarrasser en semaine. Le second ramassage était souvent plus modeste en tonnage.

 

Ne faites pas de grands yeux stupéfaits! Un compliment ici pour le travail de l'actuelle municipalité n'est pas coutume, c'est vrai. D'ailleurs, ce serait un vrai compliment si on pouvait être sûr que ces deux dispositions permettent de requinquer un peu les finances de la ville, ou qu'elles permettent de créer un matelas de sécurité.

 

Mais voilà, c'est là que le bât blesse. C'est où qu'i' sont-y passés les sous?

Publié dans l'air du temps

Commenter cet article