Ancien Hôpital en mauvaise voie de guérison

Publié le par Dominique Lévêque

Après quelques mois de pouvoir, le Député Maire Président réunissait son équipe pour préparer le bilan de la première année. Madame Maryse Lavrard présentait la situation et donnait les nouveaux axes. « Bon, on se rend bien compte maintenant que ce qu’on ne pourra pas faire tout ce qu’on a promis, et nous avions peut être pas bien vu toute la complexité de gérer une ville tout de suite, c’est normal, on n’avait pas l’habitude… nous allons être obligés de revoir nos idées, on ne le dira pas comme çà… ».

 

20110122nr esquiss ecole centre 1Au cœur du sujet, la médiathèque promise couterait trop cher, et l’arrêt du projet de  l’école Denard ne suffirait pas à financer tout. Stratégie annoncée lors de la réunion : « jouer la montre, différer, réaliser des projets moins ambitieux...». Priorité Conservatoire, Ancien Théâtre, place Zola, Hôtel Sully, Hôtel Alaman. Comme de juste!

 

La médiathèque se transforme donc en occupation de l’étage des Halles Dupleix par une partie des collections de la bibliothèque-médiathèque actuelle : « en fait, on n’a pas vraiment besoin d’une médiathèque à Châtellerault, il y a déjà une bibliothèque médiathèque tête de réseau dans l’agglomération… » Le projet de nouvelle école occupe le terrain pour justifier l’aménagement public de l’ensemble du site, son coût propre n’a jamais été dévoilé puisque toute les délibérations du conseil globalisent le projet. « Si on ne fait pas Denard, pourquoi ne pas mettre une nouvelle école là, il y a de la place? ».

 

Pour montrer de l'efficacité, il fallait raser les bâtiments de l'hôpital tout de suite. Pour faire de petites économies d’évacuation, les gravats de démolition ont bouché le trou, condamnant la construction d’un vrai parking souterrain. Le parking « sous dalle » prévu permettra tout juste le stationnement des véhicules pour l’école. Le complexe cinéma, le meilleur du pire, fait partie d’une politique d’aménagement qui remplit des vides et non qui crée. La preuve: pas d’information sérieuse pour le projet privé à venir.

 

Rares sont les villes en danger de récession qui ont la chance de posséder un espace  urbain stratégique potentiellement créateur d’attractivité. L’argent dépensé à faire mal ne sera plus disponible pour faire bien. Et les sites mal réaménagés le seront définitivement. De la même manière, le site de l’ancienne Ecole de Gendarmerie faisait peur: « même si on nous la donnait, on n’aurait jamais les moyens d’en faire quelque chose ». Bien pratique que ce soit pour l’instant « dans les mains de l’Etat ».

 

Un peu plus d’audace pourrait peut être permettre d’envisager des solutions vues ailleurs. La roue de l'histoire écrase encore le chemin de la raison.

Publié dans l'air du temps

Commenter cet article