Ainsi font, font, font...

Publié le par Dominique Lévêque

Banniere LévêqueMonsieur Joël TONDUSSON, conseiller général sortant, a dû promettre au parti socialiste qu'il ne se représenterait pas aux cantonales 2011 pour assurer une bonne composition de la liste des régionales 2010.

 

Ainsi, avec une esprit panurgien très affirmé, tous ceux qui ont fait campagne pour l'ancien maire, sans réflechir si c'était fondé, se sont retrouvés à lui refourguer la responsabilité totale de la perte des élections municipales 2008. Certains même en ont profité pour avoir de nouvelles responsabilités, se targuant d'incarner le renouvellement du parti. D'autres ont bien compris que se débarrasser de Monsieur TONDUSSON passait par l'élection de Monsieur Jean-Pierre ABELIN et ont sans doute acté. C'est fait, l'exocytose de Monsieur TONDUSSON par le microcosme a eu lieu.

 

Le système a-t-il tout transpiré? Comment continuer à exister sans être atteints au coeur par l'échec? Comme sur les plateaux de télé aux soirs des grandes défaites," laissons notre héros d'hier expier ses fautes, et à peine la remise en question collective évoquée, remettons vite en place les bases de notre existence. Donc, si celui là était mauvais (Je ne voulais pas créer la confusion, mais je l'avais toujours dit ), celui ci fera bien l'affaire. Ah oui, il est gentil. Et puis il dit parfois de bonnes choses. Ah oui. En fait, l'autre n'était pas bon. Et non. C'est son second qui faisait tout. Et oui. Il serait bien. Et oui..." L'imposture tient à peu de choses. La médiocrité aussi. En continuant à alimenter l'idée d'un territoire gravement touché, d'une ville moribonde qui souffre, sans avoir de solution alternative réelle à proposer, quelle voie ouvre-t-on? Comme si on n'en était plus à 6 ans près.

 

Blog Dominique Lévêque, le 7 mars 2011

 

Publié dans P'tit break

Commenter cet article