Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Copyright

Publié le par Dominique Lévêque

Ce blog est enfin couronné de succès public! Hourrah! Jugez plutôt: 19 aout, Le Nouvel Observateur, Martine Aubry reprend le thème du Monopoly pour décrire caricaturalement la fusion des régions opérée par le gouvernement.

Le Châtelleraudais, 1er septembre 2014: Véronique Abelin reprend le thème des Trois Petits Cochons, si emblématique de la présente tribune. Elle dresse ainsi une satire du désœuvrement de l'opposition municipale dans sa ligne politique.

Dans le premier cas, çà tombe localement à pic, et çà pique, pour rappeler qu'en 2011, il s'agissait de montrer que la collectivité châtelleraudaise cachait la paupérisation industrielle en achetant les friches. On nous avait promis une vente prochaine à une entreprise. L'actualité installe les Bus TAC, qui à défaut d'avoir satisfait les usagers pour des questions de coûts, préfère investir dans de nouveaux locaux.

Dans le second cas, çà pique encore. Que l'opposition cesse de s'émouvoir, car l'inspiration des belligérants s'essouffle. Que la majorité se rassure, car la citation reconnue cette fois de Saint Exupéry le pose: "le plus dur est de se juger soi-même".

Qui sait les effets d'une bonne source d'inspiration? C'est peut-être le FN de Châtellerault qui reprendra le thème des glands pour décrire ce que lui fait la lâcheté démocratique ambiante en adoptant un nouveau règlement intérieur instituant une longueur de tribune d'expression libre proportionnelle au nombre des élus.

Pas de doute, si ce blog était partisan, il facturerait des droits d'auteur pour être dans la ligne politique libérale du gouvernement.

Partager cet article

Repost 0

Des petits adultes en devenir sur le chemin de l'émancipation

Publié le par Dominique Lévêque

A cet instant précis, je pense aux enseignants qui m'ont aidé à grandir et qui ont contribué à changer le cours de mon destin, comme ils l'ont fait d'ailleurs avec des millions d'enfants de ce pays.

Je pense à ces enseignants qui ne comptent ni leur temps, ni leur énergie pour transmettre leur passion et leur savoir. Je pense à tous ceux là, qui déploient des trésors d'intelligence, de dévouement, pour accompagner des petits adultes en devenir sur le chemin de l'émancipation. Car c'est cela l'école.

Et je pense aussi à ces enseignants encore, les miens, qui des années plus tard m'ont retrouvée pour m'envoyer un message, un courrier, un mail, et me dire à quel point ils se réjouissaient sincèrement de ce que l'Ecole de la République ait pu faire de la petite immigrée que j'étais à l'époque, une ministre.

Najat Vallaud Belkacem, Passation de Pouvoir au Ministère de l'Education Nationale, Paris, 27 aout 2014

Partager cet article

Repost 0