Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Toucher l'amnésie des châtelleraudais

Publié le par Dominique Lévêque

ps logoLe Parti Socialiste local s'interroge, enfin, sur les causes du recul de la place de l’industrie en France. Peu de chances pour que Monsieur Christian Pierret, successivement Conseiller Général, Conseiller Régional, Député, Secrétaire d’État auprès du Ministre de l'Économie, des Finances et de l’Industrie de 1997 à 2002, Ministre délégué à l’industrie, aux PME et à la Consommation en 2002, maire de Saint-Dié (Vosges) en 2008 et président de la Fédération des Maires des Villes moyennes (FMVM) trouve une quelconque responsabilité dans les exercices socialistes du pouvoir de 1981 à 1986, de 1988 à 1993, 1997 à 2002...

 

Pour un rebond industriel français, une seule solution, un seul remède selon les organisateurs: la croissance économique comme le socle nécessaire au progrés social et au maintien des avantages sociaux. Face à ce constat, quels sont les moyens d’action pour lutter contre ce phénomène, quelles orientations choisir et quelles décisions appliquer pour conserver et développer l’activité industrielle en France et à Châtellerault, quel rôle peuvent jouer les responsables politiques locaux? Une soudaineté d'intérêt pas rassurante.    

 

Gageons que la présence annoncée de Madame Edith CRESSON  reveille la nostalgie du pouvoir. Quant à celle de Monsieur Michel GUERIN, interrogeons-nous. Est-il présent pour donner des leçons sur ce qu'il n'a pas fait avec Monsieur TONDUSSON ou pour apprendre à promettre l'industrialisation à laquelle il ne croyait plus? A moins qu'il soit préposé au comptage des participants.

 

Les organisateurs proposent de consommer la conférence sans modération le 1er février. Sans doute pour qu'elle retombe comme une crêpe le lendemain. Les réunions de ce type devraient être prises en charge  par la Sécurité Sociale dès 2012.

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Histoire de comptes

Publié le par Nouvelle République

logo nrco-copie-1J'ai commis une grave erreur dans le compte rendu du conseil municipal paru samedi et je m'en repends. Lors du vote de la délibération sur le projet de complexe cinématographique, j'ai dénombré cinq oppositions et deux abstentions. Or, il y en avait trois, me fait remarquer – en me demandant d'en « tenir compte comme il se doit » – Dominique Lévêque qui, absent au début du conseil, avait confié son pouvoir à Gilles Michaud. Il faut dire qu'en flirtant du Parti socialiste au Nouveau centre en passant par Lutte ouvrière (à qui il a donné sa signature) et désormais le Mouvement des citoyens, on ne sait plus trop où ranger Dominique Lévêque. Voilà une grave erreur enfin corrigée.

 

Laurent Gaudens

Publié dans Communiqués

Partager cet article

Repost 0

Toucher l'intelligence des français

Publié le par Jean-Pierre CHEVENEMENT

che2012 2Un candidat est toujours responsable de son programme, surtout quand il n'en a pas ou peu. En politique, il ne faut jamais régler des comptes. Il y a beaucoup de violence et il faut savoir encaisser. Il faut rester calme et toujours se référer à des valeurs supérieures, à une certaine idée de l'intérêt public. C'est comme ça que j'ai été candidat en 2002 : pour défendre des idées.

 

Je peux défendre encore aujourd’hui les thèmes qui étaient ceux de ma campagne. Pour le reste... Les sondages ne sont pas mon problème. Mon souci est de toucher l'intelligence des Français et des candidats. Je ne suis pas du tout hostile à Jean-Luc Mélenchon. Néanmoins, je ne pense pas qu'il situe sa candidature dans la même perspective que la mienne.

 

Dans la République, on se bat avec des arguments. Quand ils sont bons, ils finissent par triompher. J'aurais pu démissionner beaucoup plus souvent. Je me suis borné à démissionner dans 3 circonstances importantes :

  • le tournant libéral,
  • la guerre du Golfe,
  • la Corse.

 

François Hollande, rendons lui au moins ce mérite, a dit qu'il réviserait le traité européen prévu par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel et qu'il y ajouterait des moteurs de croissance. J'écoute ce que dit François Hollande. Je sais qu'entre les mots il y a des vides dans lesquels peuvent se glisser bien des ambiguïtés. En politique on ne peut pas échapper à la dimension du pari. J'ai pensé influencer François Mitterrand, je l'ai d'ailleurs fait pendant 10 ans. J'ai voulu influencer Lionel Jospin et Segolène Royal. Je pourrais vouloir influencer François Hollande, mais je ne sais pas si je le peux. Si je le peux, ce serait mon devoir.

 

Maintien de ma candidature? C'est un tableau d'ensemble qu'il faut regarder. Pour l'instant, je n'ai pas arrêté mon jugement. J'observe. Je suis le candidat pédagogue, le conseiller pédagogique à la fois de la gauche et de la France.

 

 Entretien de Zemmour & Naulleau sur Paris Première, vendredi 27 janvier 2012

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Le couronnement de la vierge d'Antoigné

Publié le par Dominique Lévêque

Veronique Abelin, directrice de Cabinet du MaireUn grand moment de conseil municipal ce vendredi 27 janvier 2012: le projet de délibération n°17 proposait la restauration du tableau "Le couronnement de la vierge".

 

Est-ce parce que le tableau est accroché dans l'église d'Antoigné, ou est-ce par qu'il revêt une signification symbolique pour l'avenir de Mademoiselle la fille de Monsieur le Député Maire?

 

En tous cas, tous ont souri: certains intérieurement, d'autres plus expressément.

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

William, François, Nicolas ... et les autres

Publié le par Dominique Lévêque

20120126thetelegraph-favori-francois-hollande-et-shakespear.JPGLe Daily Telegraph titre hier sur une analyse qui échappe à nos logiques nombrilistiques.  Devant une foule en délire de près de 20 000 personnes, Monsieur François HOLLANDE a en effet déclaré au cours de son meeting du Bourget du dimanche 22 janvier 2012 que "le message universel" qu'il souhaitait transmettre pouvait se résumer par ces mots de Shakespeare: "They failed because they did not start with a dream", c'est à dire "Ils ont échoué parce qu'ils n'ont pas commencé avec un rêve". Seulement voilà! Ne fait pas son Obama qui veut. En dépit de recherches intensives, les journalistes britanniques et français ont été incapables de retrouver la citation mystère dans l'oeuvre de William Shakespeare.

 

Il s'avère en fait que le véritable auteur est Nicholas Shakespeare, journaliste, romancier et descendant direct du grand-père de William. «Je ne pouvais pas en croire mes yeux quand j'ai vu que le candidat présidentiel français m'avait cité". Il a reconnu instantanément les mots venant de son roman de 1989, La Vision de Silves Elena.

 

Peu de chances que cette découverte aide beaucoup Monsieur Hollande, d'autant que la citation est extraite des mots du héros du roman, Gabriel, un révolutionnaire maoïste qui finit en terroriste de la guérilla péruvienne meurtrière, le Sentier Lumineux, et dont la devise était: «Le marxisme-léninisme va ouvrir la voie à la révolution brillante".

 

Monsieur Shakespeare s'est dit flatté d'être cité par un homme qui peut être président de la République Francaise: «J'ai été vraiment heureux de voir comment la citation reste fraîche. Elle peut s'appliquer à n'importe quoi et je pense que c'est plutôt bon de l'appliquer à une campagne présidentielle. Vous n'avez pas besoin d'être marxiste pour vouloir une société meilleure." Monsieur Shakespeare carresse désormais le rêve que son roman soit réimprimé en France. 

 

Selon The Telegraph, les Présidents français ont toujours été réputés pour leurs compétences culturelles, en particulier François Mitterrand. Monsieur Sarkozy a été le premier à être considéré comme un "TV-addict", mais a bénéficié d'un cours accéléré grâce à son épouse Carla Bruni-Sarkozy. Ce n'est seulement que cette semaine qu'il a cité Blaise Pascal: "L'homme est ainsi fait que tout est organisé pour qu'il oublie qu'il va mourir".

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

La révélation

Publié le par Dominique Lévêque

taux-chomage.jpgLes chiffres du chômage sont parus hier, et comme c'était prévisible, ils sont catastrophiques. Et le journaliste d'expliquer "il semble que cette fois-ci, on ait compris: sans production, pas de croissance, çà y est, on s'est rendu compte qu'on ne peut pas baser une économie entière sur les services et le tourisme..."

 

Mais si tout le monde en était convaincu avant, qui est ce "on" qui avait décidé le contraire, qui est à l'origine de l'erreur et qui vient d'avoir la révélation?

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Oh Hisse, Hisse et Oh

Publié le par Dominique Lévêque

Pendant que les socialistes d'ANGERS ou de LA ROCHELLE laissent envenimer des divisions fatales, les socialistes de Châtellerault regardent le temps passer sur la succession CRESSON ratée. Les querelles de personnes sont occultées par le bruit de fond d'un projet suranné. Le tableau des élections législatives à venir en est une représentation plus réaliste qu'un Gustave COURBET. Gustave-Courbet-un-enterrement-a-Orans.jpg

De son côté, la droite locale perd son énergie derrière les limites de la propriété ABELIN, la soupe à la grimace est à tous les menus de l'élite locale.

 

Mais au Front National, Monsieur Paul-Marie COUTEAUX se retire élégamment au profit de Monsieur Eric AUDEBERT, et plutôt que de le laisser choir dans son aigreur, on l'envoie en mission en Haute Marne, vers Colombey les Deux Églises  (lien presse).

 

Ils ont donc compris çà aussi: çà fait peur. A tous les autres: "Debout les gars réveillez-vous, il va falloir en mettre un coup..." (et les filles aussi)

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Le poisson pourrit par la tête

Publié le par Jean-Pierre CHEVENEMENT

che2012 2J’ai le plus grand respect pour la mémoire douloureuse du peuple arménien, mais croit-on en servir la cause en ajoutant, loi mémorielle après loi mémorielle, un texte liberticide et anticonstitutionnel, grave atteinte à la liberté de recherche des historiens mais d’abord à la liberté tout court, c’est-à-dire à la République elle-même ?

 

Il n’est un mystère pour personne que les auteurs directs et indirects de ces lois mémorielles visent d’abord à capter les suffrages des minorités qui ont gardé dans leur mémoire la souffrance de leurs aïeux. Mais que restera-t-il alors de l’Histoire de France si elle se réduit peu à peu, par l’intervention d’un législateur incontinent, à n’être plus bientôt que la marquetterie de mémoires particulières ? Jusqu’où la décomposition de ce qui nous unissait : la France et la République n’ira-t-elle donc pas ? C’est sur leur cadavre que prospèrent les communautarismes aujourd’hui florissants.

 

Un proverbe chinois dit que le poisson pourrit par la tête. Ainsi en va-t-il de notre pauvre France dont l’intérêt national est le dernier souci de ceux qui la dirigent ou prétendent la diriger. Quelle diplomatie un tel pays, mis en coupe réglée par les communautarismes, peut-il encore conduire ? ... Le législateur n’a qualité que pour fixer les règles concernant la détermination des crimes et délits et les peines qui leur sont applicables. La Constitution ne lui donne pas le pouvoir de prononcer l’équivalent d’une condamnation sur des faits qui se sont produits il y a bientôt un siècle, sur un territoire étranger, sans qu’on connaisse ni victimes ni auteurs français.

 

De la même manière la proposition de loi porte atteinte au principe fondateur de la liberté d’expression et ce, tout particulièrement dans le domaine de la recherche historique. Si nos dirigeants étaient encore des républicains, ils se souviendraient que la vérité est assez grande pour se défendre toute seule, que Clemenceau, Zola, Jaurès n’ont eu recours qu’à des arguments pour faire innocenter Dreyfus devant la justice de la République. Il y a encore dans le peuple français des républicains qui, sous une forme ou sous une autre, exprimeront leur refus de voir ainsi s’abîmer la République.

 

Carnet du 22 janvier 2012

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Astuces pour booster sa carriere politique

Publié le par Dominique Lévêque

01 abelin2Pour avoir plus de panache, plus d'ampleur, plus charisme dans votre carrière politique, suivez l'exemple de ceux qui n'étaient à priori pas faits pour çà et qui ont réussi:

 

Astuce 1:

 

Dès que votre adversaire politique entretient une conversation avec un interlocuteur qui pourrait le valoriser, improvisez vite un sujet pour soustraire l'interlocuteur, feignant une nécessité de confidentialité en l'attrapant délicatement par l'épaule. Effet garanti.

 

Planter le dit interlocuteur dès que votre adversaire est parti ne présente aucun risque secondaire.

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Législatives: les outils de la décision

Publié le par Dominique Lévêque

Mai et Juin 2012: élections législatives partout. Avant de voter, il faut se documenter:

 

Qu'est-ce qu'un député? Qui est votre député? Que fait votre député?

 

 

Cliquez sur l'image

 nosdeputes fr

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>