Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Il ne faut pas confondre "véhémence" et "démence"

Publié le par Dominique Lévêque

A l'époque où COLUCHE répandait son humour au vitriol sur la France éberluée, un grand débat agitait les médias: "Peut-on rire de tout?". De la même manière, et par un processus similaire, peut-on aujourd'hui informer de tout? La période est à l'information instantanée, sans digestion, sans retenue, parfois sans contexte. Dans l'immédiateté de l'image, dans les conclusions hâtives donnant le sentiment d'une puissance partagée, l'information crue mériterait les sempiternelles précautions d'emploi qu'on impose à tant de matériels. Le fait d'être écrit sur un papier plus ou moins privé ou d'être publié sur internet n'est pas un certificat d'authenticité.

 

Le contenu de tous nos blogs politiques n'est qu'un point de vue, au sens littéral, un endroit d'où l'on voit les choses d'une certaine manière. Tournez vous d'un quart de tour, le point de vue est différent.

 

On se demandait pour COLUCHE: "où est la limite?", la réponse n'ayant toujours été que subjective. Pour la politique que l'on fait: "où est la limite?". Peut être à ne dénoncer que des comportements qui influent sur les affaires publiques, à condition qu'ils n'entament pas la dignité et l'intégrité présumée de l'individu, à condition qu'ils soient revendiqués, à condition qu'ils n'accusent pas sans fondement ou qu'ils soient présentés comme une interprétation.

 

La plus terrible de toutes les peines pour l'homme social, c'est l'opprobre, c'est l'accablant témoignage de l'exécration publique. (Robespierre, Discours sur la peine de mort, le 30 mai 1791 au sein de l’Assemblée constituante.)

 

Que Monsieur Jean-Pierre ABELIN ne soit attaqué que sur son attitude et son aptitude au pouvoir, que Monsieur Dominique STRAUSS KAHN soit présenté à la justice avant d'être puni ou victimisé. Éliminer un concurrent sur l'humiliation, l'infamie ou le déshonneur à l'aide de la vindicte populaire prive à jamais de la jubilation d'une victoire méritée. Et n'annonce pas que de bonnes heures.

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

L'ancien et le nouveau

Publié le par Dominique Lévêque

"Bonne nouvelle pour l'Ancien Théâtre. Le conseil général a voté le financement de 25 % de sa restauration hier. L'État avait déjà accepté d'en financer 50 %". Encart de presse anodin pour information pas banale, car elle signifie que la tant attendue restauration est en voie d'aboutir.

 

Le joyau d'architecture et cette empreinte de nos racines vont enfin retrouver vie et honneur. Nombreux sont ceux qui l'ont voulu,ceux  qui ont oeuvré pour se reconnaitront.

 

Notons au passage que le Conseil Général, encore une fois, et pour peu qu'on veuille bien l'impliquer, sait répondre présent aux projets de Châtellerault.  Et que l'Etat qui se desengage quand çà nous arrange, s'engage sur des projets structurants.

 

C'est donc Monsieur Jean-Pierre ABELIN qui va finaliser. Maman a terminé son mandat sur le Nouveau Théatre, fiston terminera le sien par l'Ancien. Ancien ABELIN, Nouveau Théatre, Nouveau ABELIN, Ancien Théatre. C'est la roue qui tourne...

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Ma place dans le trafic (1981)

Publié le par Francis Cabrel

...

1981-Carte-Postale.jpgJ'aimerais que quelqu'un vienne et me délivre
Mais celui que je viens de choisir
M'a donné juste assez pour survivre
Et trop peu pour m'enfuir
Je reste prisonnier de mes promesses
À tous ces marchands de tapis
Qui me font dormir sur de la laine épaisse
Et qui m'obligent au bout de chaque nuit
À prendre ma place dans le trafic

À prendre ma place dans le trafic

...

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Paroles, paroles, paroles

Publié le par Dominique Lévêque

20H35, dimanche 15 mai 2011: dépêche AFP: Le député PS Julien Dray estime sur son blog qu'il faut "savoir raison garder" et éviter "toute panique". La "situation est très grave, pas simplement pour la gauche et pour 2012", "c'est l'ensemble du système monétaire mondial qui est menacé, ...". 

 

Avec panique, çà aurait donné quoi?

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Dis, c'est quoi un élu?

Publié le par Dominique Lévêque

Il n'y a pas que le traitement de la sécurité qui échappe à nos élus, municipaux s'entend. Mais regardons-y de plus près.

 

Des élus, "désignés" sur un secteur, plus qu'en "charge" réelle, perçoivent des indemnités qui ne sont pas liées à leur compétence ou à une obligation de résultat, mais à leur disponibilité, leur représentativité et leurs frais engagés éventuellement.

 

Ceux désignés à la sécurité "n'ont pas la maîtrise juridique et logistique d'un tel sujet", c'est peut-être notoire. Encore faudrait-il qu'on les laisse exercer. Mais les élus chargés des travaux n'ont jamais été conducteurs de travaux, responsables de services techniques ou chef de travaux publics. Il n'y a pas que des infirmières au CCAS. Tous les adjoints au personnel n'ont pas toujours été DRH. L'élu en charge de l'éducation n'est pas forcément enseignant. L'élu aux transports ou aux espaces verts n'est ni conducteur de bus, ni jardinier. Celui en charge du développement durable n'éteint peut être pas sa lumière de jardin. Le premier adjoint n'est pas toujours femme au foyer...

 

Exiger le niveau de compétence d'un élu relève plus d'une vision étriquée que des fondements républicains, voire de l'efficacité. Exiger cela, ce serait la professionnalisation de la politique, l'éloignement des soucis de la population dans la gestion publique, ce serait la technocratisation à outrance.

 

L'élu n'est pas là pour diriger une entreprise à défaut d'avoir pu le faire dans sa vie professionnelle. Il est là pour représenter ceux qui ont voté pour lui dans la collectivité. Il est là pour vérifier que l'utilisation de l'argent public est conforme au bien, ou au voeu, collectif. L'élu apporte son oeil neuf et son regard d'utilisateur sur des dossiers qu'il découvre. Il rend compte du travail des services sur les dossiers qu'il connaît. Quelle serait autrement la raison d'être des employés et cadres municipaux?

 

En revanche, qu'il y ait confusion des genres, défaut de consultation, amalgame, confiscation des décisions, çà, c'est un vrai problème de gouvernance qui ne peut être sanctionné que par des échéances électorales. Parfois, çà démange, c'est vrai, et çà démange d'autant plus quand on est soi-même expert dans un domaine où çà patine. Il y a des derrieres qui sentent la savate! 

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Carte scolaire, le débat

Publié le par Dominique Lévêque

La carte scolaire fait débat partout en France. Lors du conseil municipal de Châtellerault du 19 mai 2011, un voeu a été proposé au vote.

 

20110408nr-ecole-vieux-palais.jpgConcrètement, une fermeture d'un 6éme poste de l'école élémentaire d'Antoigné, faisant passer la moyenne de 18 à 21 élèves par classe, semble acceptable. La fusion entre l'école élémentaire et l'école maternelle Lavoisier était souhaitée par la communauté éducative. Par contre, la fermeture d'un poste à Vieux-Palais apparaît comme un mauvais signal donné pour la future nouvelle école. En votant le voeu proposé par le maire, le conseil municipal accepte les propositions qui lui paraissent raisonnables en fonction des effectifs et des moyens et demande à l'Education Nationale de revoir sa copie sur les points plus délicats. Aucun argument n'est venu contrer l'état de fait si ce n'est un vote idéologique national.

 

Bien sûr que nous regrettons tous les baisses de moyens. Mais tant qu'à ne pas pouvoir les financer, autant que ces baisses soient négociées. Accepterait-on qu'il n'y ait pas d'évolution quand les effectifs augmentent?

 

Et si le réel problème, c'était le choix national d'alléger le "mammouth" par des suppressions de postes d'enseignants, coeur du métier de l'Education Nationale, essence de la formation des individus, plutôt que de dégraisser les lourdeurs administratives de l'animal? Celui qui l'a dit jadis s'est fait luncher publiquement. 

 

 

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Le "Qui suis-je" de la semaine, n°4

Publié le par Dominique Lévêque

qui-suis-je

Je suis une femme. j'ai 58 ans. Je ne suis pas vraiment retraitée, car je n'ai jamais vraiment travaillé. Ne faisant pas prendre de risque à l'entreprise familiale en ne m'y impliquant pas directement, j'ai préféré bousculer toutes les organisations qui fonctionnent avec de l'argent public. C'est pratique pour distribuer des faveurs à mes amours du moment, qui passent très vite tant ceux que j'affectionne me lassent vite. Mes nombreux engagements dans diverses associations et fonctions électives  me permettent de fourrer mon nez partout. J'ai en permanence beaucoup d'idées nouvelles par poussées d'enthousiasme, et parce qu'il faut bien reconnaître que ma bonne éducation et mon milieu social me donnent un avantage naturel sur tous les parvenus qui voudraient ma place. Je suis une femme de poids et je sais faire dire aux autres ce que j'attends. J'aime chanter et faire chanter, je ressuscite les pierres et j'empierre. Je soigne les livres un temps pliés, un temps ouverts. Tout l'air que je déplace m'a quand même permis d'oxygéner la culture élitiste de ma ville.

Qui suis-je?

Publié dans Aux thématiques

Partager cet article

Repost 0

Aurélien Tricot ce matin dans la presse, morceaux choisis

Publié le par Dominique Lévêque

Après François Hollande qu'il fustige, il envoie une lettre à Martine Aubry [...] pour lui rappeler sa responsabilité  de faire de ces primaires «un véritable enjeu de démocratie réelle, ouverte à tous».

Très remonté, Aurélien Tricot met en garde ce parti (NDLR: le PS) qui «continue à fonctionner sur le registre de la féodalité». 20110525nr aurelien tricot

 

«C'est faire comme si on n'avait pas tiré les conséquences par rapport à celui qui pouvait être notre principal candidat.»

 

Il émet l'idée que les primaires seraient à la base «truquées» parce que, pense-t-il, «elles ne seraient pas véritablement démocratiques : les seigneurs n'auraient que le droit de se présenter et les vassaux que celui de servir.»


L'élu poitevin promet de se battre «jusqu'au bout» parce que le PS «n'appartient pas à cette élite qui le gouverne». 

 

«Nous devons devenir acteur, à la base, pour participer à la victoire de la gauche parce que nous savons dans quel état de souffrance est le pays.»

logo nrco


Publié dans La revue

Partager cet article

Repost 0

Politique ou politique?

Publié le par Dominique Lévêque

L'opposition de gauche du Conseil Général de la Vienne se réorganise et promet « de politiser le débat». Un nouveau bureau du groupe socialiste a été constitué: Madame Sandrine Martin, Messieurs Jean-Daniel Blusseau, Thierry Mesmin, Xavier Moinier, et Gérard Rivaud. Note au passage: point de Monsieur Michel Guérin quand il faut se mouiller un peu. 

 

Les dernières élections cantonales ont prouvé, dans un contexte pourtant défavorable à la droite, que la majorité départementale a bien travaillé. Les socialistes reconnaissent eux-mêmes un Président Claude Bertaud « dont l'attitude, plus consensuelle, nous a séduits sur la forme et nous a fait oublier le fond ». La gauche n'aurait pas « montré suffisamment sa différence au cours des trois années précédentes » et annonce plus de virulence.

 

Il faut donc comprendre que les débats politisés des assemblées déplaisent aux élus  qui regrettent de ne pas pouvoir travailler dans la concertation (socialistes au conseil municipal de Châtellerault par exemple) et que les débats consensuels déplaisent aux élus qui n'avalent pas leur part de gâteau manquée (socialistes du conseil général). On sent les pâquerettes d'ici.

 

L'opposition départementale veut se mettre au niveau d'une majorité qui se radicaliserait depuis le retour au bercail des trois dissidents. "Les manières ont changé. L'opposition a par exemple été évincée du syndicat mixte qui gère l'aéroport.». C'est vrai que depuis les interventions du maire socialiste de Poitiers, et de la Présidente socialiste de Région, les avions n'atterrissent plus à Poitiers, ou sont devenus trop chers pour les habitants des classes moyennes qui n'accèdent plus aux modes de transport réservés aux dirigeants.

 

Et la gauche d'agiter les couleurs « des vieux démons du clientélisme» pour finalement faire entrer « les enjeux de l'élection présidentielle de 2012» au sein des prochains débats locaux. Ah, jeunesse trésor de la vie!

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

C'est bien

Publié le par Dominique Lévêque

Gare_de_Chatellerault.jpg

Une fois n'est pas coutume, voilà un petit projet pas cher (que quelques millions) qui va faire plaisir à beaucoup de Châtelleraudais. Pas vu dans le magazine, ce qui n'est pas étonnant, pas débattu en conseil municipal, mais découvert sur site déjà en travaux.

 

Les maudits feux mal foutus, et trop longs, du carrefour de la Gare vont céder la place à un grand rond-point entre les rues Clémenceau, du Maréchal Leclerc, Victor Hugo et Sadi Carnot.

 

Bravo Monsieur le Député Maire!

 

Essayez quand même s'il vous plait de mieux réussir ce futur giratoire que ceux de Branly qui sont archi ratés. Ceux du Pont Henri IV sont en revanche nés d'une si bonne idée!

 

Voilà, voilà, voilà, c'est bien çà, un petit rond point pour faciliter le parcours entre la mairie et Antoigné!

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>