Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Dominique Lévêque n'ira pas aux cantonales en mars !

Publié le par Nouvelle République

Tout le monde voyait Dominique Lévêque candidat sur le canton Ouest. Finalement, il n'ira pas, votera Gilles Michaud et soutiendra Philippe Mis !

20110128nr-abandon-cantonales.jpg

Ce renoncement, Dominique Lévêque est conscient que ce sera peut-être son dernier véritable acte politique. - (dr)

 

Il en avait pourtant très envie ! Il avait même trouvé une remplaçante. Et puis, Dominique Lévêque, avant d'annoncer sa candidature s'est interrogé sur la signification réelle de celle-ci. Hier, c'est avec un fort pincement au coeur qu'il a annoncé qu'il renonçait.

« Moi, ce que j'aimais, c'était le travail au CCAS. Mais j'ai eu le tort de dire que je n'étais pas d'accord avec Jean-Pierre Abelin ! Maire délégué de Targé, oui, ça m'intéresse. Et je vais exercer consciencieusement ce mandat jusqu'au bout. Mais quand on sait que je ne peux pas demander à l'employé communal de faire quoi que ce soit sans en référer à Châtellerault, c'est décourageant ! »

A titre personnel, le citoyen Lévêque s'est d'abord retrouvé face à ses contradictions. « J'habite Targé. Le canton naturel pour me présenter, c'est donc le Sud. Mais, entre Christian et Gilles Michaud, ma candidature n'apporterait rien. »

Il indique au passage qu'il apprécie le travail de Christian, mais que celui-ci ayant toutes les chances de laisser sa place à sa remplaçante en cas de succès « envisageable » au parlement, il votera donc pour Gilles !

Le canton Ouest l'intéressait plus. « Un canton prit en otage dans une série d'intérêts particuliers et utilisé comme '' tour de chauffe '' des municipales de 2014. Mais je crains que cette candidature soit interprétée comme dictée par un opportunisme personnel, par une ambition démesurée. Si les électeurs rejettent les luttes partisanes stériles, je regrette que beaucoup ne comprennent pas qu'on puisse simplement avoir l'envie de mener un travail de terrain. »

« Dans cette campagne, j'aurais été d'abord l'adversaire de Michel Guérin qui ne sera même pas à la hauteur de Joël Tondusson. Je soutiendrai donc le candidat de la majorité départementale. »

A quoi bon changer de majorité ?

Il est visiblement amer, Dominique Lévêque. Mais il a sans doute aussi le sentiment très clair de son impuissance à changer le cours de choses. « Sur le fond, je suis d'accord avec la réforme des collectivités qui se met en place et prendra effet dans trois ans. Alors, pourquoi changer de majorité départementale d'ici là puisque la majorité à venir ne pourra travailler que dans le prolongement de celle qui existe aujourd'hui ? »

Laurent Pinot

 

 

Publié dans La revue

Partager cet article

Repost 0

A l'ouest, rien de nouveau

Publié le par Dominique Lévêque

Dans 3 ans, la réforme des politiques publiques permettra à un même conseiller d’un territoire, de siéger à la fois au Conseil Général du département et au Conseil Régional, chacune de ces deux collectivités prenant alors des compétences différentes. C’est à mon sens une très bonne réforme, évitant que des doublons coûteux ralentissent les décisions. Avec l’abandon de la compétence générale, on saura enfin qui est responsable de quoi.

 

Les élections des 20 et 27 mars 2011 mettront en place des élus pour un mandat de 3 ans qui se terminera avec l’actuel Conseil Général. Changer la majorité maintenant nécessiterait une période de  réadaptation aussi longue que le mandat. Seuls les candidats d’opposition peuvent y trouver un avantage en termes d’indemnité et de pouvoir, l’enjeu national ne se jouant qu’en 2012.

 

En tant que maire de Targé, et en tant qu’électeur, je suis concerné par le canton Châtellerault Sud. J’apprécie le travail réalisé par Monsieur Christian Michaud. Il défend ses administrés avec conviction, comme sur le sujet du traitement des déchets par exemple. Mais s’il gagnait des élections sénatoriales ou législatives prochaines, ce qui est envisageable, il laisserait son poste à sa suppléante. Je voterai donc personnellement pour Monsieur Gilles Michaud. Sa victoire ne modifierait pas les équilibres actuels. Ma candidature sur ce canton n’apporterait rien de plus.

 

La situation est différente sur le canton Châtellerault Ouest, pris en otage dans une série d’intérêts particuliers et utilisé comme lieu de « tour de chauffe » des municipales 2014. J’ai annoncé courant 2010 que je pourrais y être candidat. Je crains aujourd’hui d’une part que cette candidature soit interprétée comme dictée par un opportunisme personnel ou une ambition démesurée, et, d’autre part, qu’elle ne soit pas cohérente avec ma fonction de maire délégué de Targé. Par ailleurs, si les électeurs rejettent les luttes partisanes stériles et préfèrent le travail de terrain, ils ne semblent paradoxalement pas prêts à me suivre sans positionnement politique affirmé, je le regrette. J’ai donc décidé d’en assumer les conséquences en n’étant pas candidat. Je me suis déjà exprimé sur le cas de Monsieur Michel Guérin qui part favori. Çà ne valait pas la peine d’écarter Monsieur Tondusson à la ville pour en arriver là sur le canton. J’y soutiens donc le candidat de la majorité départementale.

Publié dans Communiqués

Partager cet article

Repost 0

D. Lévêque : '' Les engagements ou la consultation ''

Publié le par Nouvelle République

Suite au dernier conseil municipal, Dominique Lévêque, tient à préciser : « Au conseil de jeudi, j'ai été seul à voter contre la délibération qui donne carte blanche à un cabinet d'architectes pour engager un projet sur le site de l'ancien hôpital. Pour ce site, il faut que les Châtelleraudais soient consultés bien plus en amont, et s'approprient un pôle structurant d'animation qui pourrait devenir vital pour le centre-ville.

On nous a d'abord fait attendre au prétexte qu'une large étude devait être menée pour déterminer une cohérence d'aménagement de l'ancien hôpital, de la Manu et de l'ancienne école de gendarmerie. Et finalement, les projets sortent du chapeau de la 1 ere adjointe par poussée d'enthousiasme : une bibliothèque tête de réseau en lieu et place de la médiathèque dans un étage des halles abandonné, une roseraie à la place des arbres au jardin du château, des archives mélangées à un service de la collectivité dans une école vidée, des associations un peu partout, l'école Krebs habitée au gré du vent, un centre d'interprétation d'architecture et du patrimoine sans doute très attendu...

Je surveille bien sûr le coût final de la nouvelle école projetée, car je n'accepterais pas qu'il atteigne celui du projet Denard abandonné.

Enfin, j'ai été élu sur une liste qui a promis aux Châtelleraudais une « vraie » médiathèque sur le site de l'ancien hôpital, je ne peux accepter une telle résignation sans consultation.

Publié dans La revue

Partager cet article

Repost 0

Ancien hôpital, mon vote CONTRE

Publié le par Dominique Lévêque

Au conseil municipal du jeudi 20 janvier, j’ai été seul à voter contre la délibération qui donne carte blanche à un cabinet d’architectes pour engager un projet sur le site de l’ancien hôpital (le groupe Michaud s’est abstenu).

 

Je me souviens trop bien que les châtelleraudais ont été faussement consultés pour le nouveau boulevard Blossac puisqu’on leur avait présenté un simulacre de choix entre deux versions similaires. On sait aujourd’hui que les réalisations sont loin de faire l’unanimité. Avec ce projet d’école sur le site de l’ancien hôpital, la même chose est en train de se produire, il ne faut pas l’accepter. Il faut que les châtelleraudais soient consultés bien plus en amont, et s’approprient un pôle structurant d’animation qui pourrait devenir vital pour le centre ville.[1]

 

Le député maire m’a répondu qu’entre les quatre projets présentés, celui là était, de loin, le moins pire. Ses ambitions pour la ville ne devraient pas se limiter « au moins pire », c’est ce que je regrette dans sa méthode en général.

 

On nous a d’abord fait attendre au prétexte qu’une large étude devait être menée pour déterminer une cohérence d’aménagement de l’ancien hôpital, de la manu et de l’ancienne école de gendarmerie. Et finalement, les projets sortent du chapeau de la première adjointe par poussée d’enthousiasme, sans volonté de réel développement : une bibliothèque tête de réseau en lieu et place de la médiathèque dans un étage des halles abandonné, une roseraie a la place des arbres au jardin du château, des archives mélangées à un service de la collectivité dans une école vidée, des associations un peu partout, l’école Krebs habitée au gré du vent, un centre d’interprétation d’architecture et du patrimoine sans doute très attendu…

 

Je surveille bien sûr le cout final de la nouvelle école projetée, car je n’accepterais pas qu’il atteigne celui du projet Denard abandonné.

 

Enfin, j’ai été élu sur une liste qui a promis aux châtelleraudais une VRAIE médiathèque sur le site de l’ancien hôpital, je ne peux accepter une telle résignation sans consultation.

 



[1] En italique, les arguments énoncés lors du conseil municipal

Publié dans Communiqués

Partager cet article

Repost 0

C'est pas en mars, c'est maintenant que çà se passe

Publié le par Dominique Lévêque

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Gardarem lou Targé : Et si on s’occupait d’abord du village?!

Publié le par Dominique Lévêque

Médéric GOURBEAU vient de démissionner de la commission consultative de TARGE. Il se justifie ainsi : « Monsieur Lévêque a remis au goût du jour la démocratie participative à Targé. Même si le rôle de la commission consultative n’est pas spectaculaire […], il n’en est pas moins un terrain d’échanges et une force de proposition pour la vie communale». Certes, c’est difficile de participer à la démocratie du village en étant absent.

 

Le commerce targéen se mourrait sans être la préoccupation du maire délégué : où sont les idées et les propositions de Monsieur Gourbeau ? Il a déclaré avoir « pensé à reprendre le café restaurant » lors de la réunion de la commission du 23 septembre 2010. Je serais heureux d’apprendre qu’il a fait une offre auprès du mandataire nommé par le tribunal de commerce le 10 janvier dernier. Dans l’attente, je contacte régulièrement les 3 personnes intéressées pour créer une activité commerciale à Targé. J’avais auparavant démarché 3 boulangers pâtissiers. Je soutiens le projet de deux targéennes pour la création de services à la personne, avec point d’accueil sur la place.

 

Il n’y a pas de local disponible rapidement, c'est-à-dire avant 2 ans, à moins de racheter le fond de commerce du café restaurant. Monsieur Gourbeau aurait-il à me communiquer une solution à laquelle aucun membre de la commission, ou aucun targéen, ou aucun élu n’avait pensé ?

 

Il faudrait garder la grange dite ancienne cure. Ceux qui conseillent Monsieur Gourbeau, bien informés sur les questions juridiques d’expropriation en particulier, devraient savoir que nous n’avons pu préempter qu’au nom de la sauvegarde du patrimoine, c'est-à-dire dans le cadre d’un projet architectural. J’ai bien peur que ne pas investir dans la place au motif qu’elle soit « vidée de ses commerces » n’en fasse pas venir de nouveaux pour autant. Toute proposition sérieuse sera accueillie avec attention.

 

Oui, je le déclare publiquement : je préfère un commerce en bas de Targé plutôt qu’aucun commerce. Je dis aussi publiquement que je préfèrerais un commerce sur la place, dans le bourg, et encore mieux, un en haut et un en bas, ou même deux en haut. Et je n’avais jamais eu connaissance d’autre projet aussi viable et aussi concret que l’actuel qui permettrait de maintenir le cabinet médical dans le village. Ce projet est le résultat d’une négociation entre les médecins, qui sont libres de leurs choix, la SOFIAL, la SEM, le service urbanisme de la ville de Châtellerault, son élu référent, le député maire de Châtellerault et moi-même. Merci de bien vouloir laisser la situation personnelle de la coiffeuse en dehors de toute lutte partisane.

 

Il y avait effectivement cinq absents sur dix à la réunion.de la dernière (troisième) commission consultative. Je proposerai bien sûr, dès le conseil municipal du 31 mars 2011, une nouvelle composition de la commission. Je constate juste que ceux qui ont réclamé sa réactivation sont ceux qui la boudent. Cette dernière commission nous a pourtant permis un travail serein et constructif, laissant la place aux propositions des uns et des autres, comme cela a été relaté très justement dans la presse.

 

Enfin, si Monsieur Gourbeau avait été présent, je lui aurais apporté une réponse à son signalement d’une «situation conflictuelle au sein de l’Association des Parents d’Elèves de Targé (APE) », le bureau de cette association ayant été complètement renouvelé en début d’année scolaire, après que Monsieur Gourbeau ait cessé d’y siéger. J’ai en effet rapporté ses inquiétudes en conseil d’école. Les nouveaux parents délégués, et membres de l’association, m’ont assuré que le bureau nouvellement constitué n’avait pas de problème particulier et prenait sa mission à cœur. Le directeur de l’école a confirmé ses bonnes relations avec ce nouveau bureau.

 

Je réitère : entretenir la médiocrité ne peut servir qu’à ne pas se mettre la barre trop haute pour un avenir qu’on convoite.

Publié dans Communiqués

Partager cet article

Repost 0

Trop fort ce maire!

Publié le par Dominique Lévêque

Il est vraiment trop fort ce maire. Même quand on ne lui donne pas le nom des gens, il arrive quand même à les contacter. Alors que quand on lui demande à être recontacté, aucune nouvelle...

 

Vous pensez bien, il ne faudrait pas que ce soit Lévêque qui arrive à résoudre le problème du commerce local. Il faut que ce soit grâce à LUI, c'est compris?

 

Allez, l'essentiel, c'est qu'un commerce réouvre à Targé. Pourvu qu'à vouloir gêner les autres, on ne finisse pas par perdre les projets, comme Solairedirect, ou les retarder par périodes récurrentes, comme Eco-Mobilité, ou encore les avorter, comme CODEVAL.

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

La culture, c'est comme la démocratie, c'est le public qui choisit...

Publié le par Dominique

En20110100-038.JPG

Plus de 500 personnes pour le concert des Ateliers d'Harmonie La Châtelleraudaise, à l'Angelarde, à l'occasion du nouvel an. C'est un fabuleux succès, la preuve que toutes les forces vives, de surcroît bénévoles, ont leur place dans le paysage associatif de notre territoire. C'est un bel exemple d'inter-générationnel, sans grands mots, un bel exemple de parrainage et de solidarité, un bel exemple de bénévolat. C'est aussi de bons moments passés pour le public, mais aussi la formidable occasion de partager des talents pour les musiciens de La Châtelleraudaise, et de l'ensemble de cordes de Loudun. Un partenariat de territoire en somme. Alors, si çà n'est pas la culture des catalogues de certains, c'est celle de plus de cinq cents personnes, sans compter ceux qui ont du faire demi-tour, faute de places. Et c'est la passion de tant de gens qui ne pourraient peut-être pas s'exprimer ailleurs. Bravo à tous les musiciens, aux bénévoles de l'association et au chef.

En20110100 040

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Des voeux très '' diplomatiques '' à Targé

Publié le par Nouvelle République

20110110nr-voeux-targe.jpg

A Targé, on attendait des voeux en forme de déclaration de candidature aux cantonales. Il faudra patienter encore un peu... - (dr)

 

Depuis les nettes divergences de vue apparues entre Jean-Pierre Abelin, député-maire de Châtellerault, et Dominique Lévêque, maire-délégué de la commune associée de Targé, chaque manifestation officielle sur « la butte » est à scruter avec attention, tant elles donnent lieu à de petits morceaux de bravoure.

'' Malaxer les petites boules de mousse... ''

La cérémonie des voeux samedi a fait dans l'ironie. Et Dominique Lévêque, qui tient son monde en haleine tant qu'il n'a pas indiqué s'il briguera ou non un poste de conseiller général, a montré un certain talent dans ce domaine. « Tous nos peuples semblent atteints d'un mal qui les ronge et ce mal, c'est un mal de confiance. Malaxer des petites boules de mousse, c'est s'occuper l'esprit pour ne pas le voir... (NDLR : allusion aux voeux de Jean-Pierre Abelin où une distribution de balles antistress a eu lieu, jeudi dernier). C'est plus moderne de poser des aménagements près de l'école de Targé, coûteux en argent public, plutôt que de discipliner les usagers au stationnement... »

Et toujours sur le même mode : « Que pourrait bien attirer un territoire qui ne trouve son identité que dans la récession ? Entretenir la médiocrité ne peut servir qu'a ne pas mettre la barre trop haute pour un avenir qu'on convoite. N'y aurait-il que la Main Jaune pour s'élever ? »

Si Dominique Lévêque s'est montré résolu à prendre de la hauteur, s'affirmant « prêt à assumer les risques de ses choix », Jean-Pierre Abelin, quant à lui, est revenu dans le concret. « En 2010, à Targé, nous avons effectué d'importants travaux à l'école et réalisé le local des boulistes souhaité depuis longtemps. En 2011, de nouveaux travaux, de sécurisation, cette fois auront lieu autour de l'école. La concrétisation du lotissement privé '' aux Planches '' devrait aussi donner lieu, par la Sem Habitat, à la construction d'un bâtiment public pour abriter des professionnels de santé. Enfin, c'est cette année que la question des abords de l'église va trouvera sa concrétisation. Mais, le dossier majeur reste bien sûr celui du commerce. Si l'opportunité de ramener une activité commerciale à Targé se présente, nous ferons tout pour la faciliter. »

Dominique Lévêque ayant ciblé la même priorité, il ne restait plus qu'à se souhaiter une année pleine de sérénité...

Laurent Pinot

 

Publié dans La revue

Partager cet article

Repost 0

Petit discours sur fond de fondamentaux

Publié le par Dominique Lévêque

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>