Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bonnes Fêtes

Publié le par Dominique

Je vous souhaite de très bonnes fêtes de Noël en famille, avec vos amis, pour un moment de paix et de réflexion. Et je vous retrouve dès le 2 janvier, parce que la trève n'est jamais très longue.

Bien chaleureusement à tous.

Publié dans Communiqués

Partager cet article

Repost 0

Coeur d'agglo, coeur de manipulations politiciennes

Publié le par Dominique Lévêque

Il faut bien comprendre ce qu'est la politique: on y vient d'abord parce qu'on pense pouvoir faire mieux, puis on fait allégeance pour sortir du lot et se faire remarquer, enfin, on crée des alliances, on développe des réseaux pour se faire élire à tout prix. Tout ce que fait l'ami qui a flatté en promettant un poste est formidable; tout ce que fait l'adversaire,  c'est à dire celui qui a donné le poste à quelqu'un d'autre, est vraiment mauvais.

 

Les techniques de manipulation  sont nombreuses, on l'observe au niveau national. Les ficelles sont grosses, elles transparaissent par les médias, on ne le tolèrerait pas de nos enfants à l'école.

 

Au niveau local, c'est un extraordinaire laboratoire, un échantillon juste représentatif, presqu'un cas d'école.

 

D'un côté, un petit clan s'évertue à se placer, alors que les successeurs sont désignés intra familia depuis des lustres. Regardez les prochaines cantonales, on envoie un homme dont le plus gros de la carrière est derrière, avec des chances de victoire limitées. Pas de danger. Reste à trouver une suppléante... Et on laisse la part séchée du gâteau aux frères ennemis, qui, soit dit en passant, ont courbé l'échine pour l'indemnité de conseiller régional de leur maître. "Sur la touche, les autres!"

 

De l'autre, c'est la bérézina, comme au national d'ailleurs. Y-a-t-il un pilote dans l'avion? On cherche encore le successeur d'Edith Cresson et celui de François Mitterrand. Et on a tout vu. L'ancien second qui refuse, le troisième qui peine à s'imposer, le copain de l'homme de confiance qui ne fait pas l'affaire, la copine qui tète sa goutte, l'homme de confiance répudié, le challenger qui sort du chapeau, mais perd son unanimité volée. Et puis plus rien. D'aucuns rêvent de reconstruction. On sort les jeux de société: "toi je te place là, toi, tu iras là et toi, tu restes bien sage! On verra plus tard".

 

Conclusion d'actualité: finalement, ceux qui ne sont pas mouillés se retrouvent en sauveur attendu, sans message, lavés de leur passif. Les autres rament. Mais déjà, les alliances se calculent: "je te donne l'Elysée, je veux Matignon". "Je te donne la mairie, tu me donnes l'agglo, et je te soutiendrai". C'est vrai, il y a des intérêts récents et soudains pour l'agglo dans un certain blog, on l'avait lu dans la presse. Petite précision: il faut ne pas avoir pratiqué le pouvoir local pour imaginer çà;  ce n'est pas possible, et ce n'est pas un cumul de fonction, puisque, par essence, çà ne peut être que comme çà.

 

Le coup a déjà été joué, en vain, entre le requérant et l'élu. Il se prépare à nouveau avec le prochain. Mais celui qui a promis sait qu'il ne pourra pas.

 

Tous promettent de travailler pour l'économie et l'emploi, aucun ne le peut. Sauf à utiliser les privés où les outils existants. Encore une fois, c'est de l'emploi electoraliste, pas de l'emploi altruiste. De l'urbanisme de circonstances, pas de l'urbanisme d'utilité publique.

 

Vraiment, tout cela n'est pas ma logique. On ne peut pas se comprendre. Bien sûr, plus l'abstention est élevée, plus les militants actifs sont importants. C'est un cercle vicieux, plus il y a de manipulations, moins les électeurs se déplacent, et moins les électeurs se déplacent et plus les réseaux politiques sont importants. Les voix sont pratiquement distribuées. Comment dire après qu'il faut s'appuyer sur un projet et non sur des individus? Pour faire autrement,il faudrait prendre plus de risques et faire plus de choix et de renoncements.

 

Ce n'est pas politiquement correct, mais je le clame: ce sont malheureusement bien les intérêts des individus qui dessinent encore la politique.

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

D. Lévêque se mêle à la polémique

Publié le par Nouvelle République

La polémique entre Michel Guérin et Jean-Pierre Abelin, sur fond de préparation des cantonales, avec des arrière-pensées municipales très nettes, n'était pas assez vive, sans doute, au goût de Dominique Lévêque, maire délégué de Targé et ancien directeur de cabinet de Joël Tondusson (lire journaux des mardi 7 et mercredi 8 décembre). A moins que lui aussi ne nous prépare une surprise pour mars prochain...

Toujours est-il qu'il nous a adressé un très long communiqué dont nous donnons ici quelques extraits. La charge est lourde...

 

'' Mais qu'a donc fait Guérin... ? ''

« Horizon 2014 : Mais qu'a donc fait Michel Guérin, pendant toutes ces années de soumission à Joël Tondusson ? [...]

Pour l'économie ? N'a-t-il pas accepté comme tous les élus de l'époque la reprise de New Fabris par ceux qui les ont condamnés ? N'était-il pas aux côtés de Joël Tondusson dans l'histoire du coup fumant ''Avestor''? Pour l'urbanisme ? N'est-il pas à l'origine de l'étage des halles Dupleix, étage qui nous coûte cher et qui ne sert à personne ? Pour les travaux ? N'était-il pas aux commandes de la ville quand le choix de si peu entretenir notre voirie a été fait ? Pour notre desserte ferroviaire ? Pour la culture ? Pour le social ? Pour les écoles ? Pour l'emploi ?

 

'' Vous n'avez pas fait mieux qu'Abelin sur l'économie ! ''

Je connais bien Michel Guerin. Je connais maintenant mieux Jean-Pierre Abelin. Tout le monde connaît nos différends. M. Guérin, où sont vos sacrifices ? S'il vous plaît, n'attaquez pas comme d'autres petits hargneux. Gardez la mesure de votre expérience, et rappelez-vous donc que vous n'avez pas fait mieux que Jean-Pierre Abelin sur l'économie.

Vouloir faire du neuf avec du vieux, se faire prendre pour ce que l'on n'est pas, se faire introniser par dépit, se laver les mains de ce à quoi on a participé, en accusant les autres, c'est le début de l'imposture. »

Publié dans La revue

Partager cet article

Repost 0

Horizon 2014, suite

Publié le par Dominique LEVEQUE

Mais qu'a donc fait Michel GUERIN, pendant toutes ces années de soumission à Joël TONDUSSON, de plus remarquable que son maître? Pour l'économie? N'a-t-il pas accepté comme tous les élus de la majorité de l'époque la reprise de New Fabris par ceux qui les ont condamnés? N'était-il pas aux côtés de Joël TONDUSSON pendant la campagne électorale de 2004 pour les cantonales de Châtellerault Ouest dans l'histoire du coup fumant "Avestor"? Pour l'urbanisme? N'est-il pas à l'origine de l'étage des halles Dupleix, étage qui nous coûte cher et qui ne sert à personne? Pour les travaux? N'était-il pas aux commandes de la ville quand le choix de si peu entretenir notre voirie a été fait? Pour notre desserte ferroviaire? Pour la culture? Pour le social? Pour les écoles? Pour l'emploi?

 

Je connais bien Michel GUERIN, il m'a précédé au cabinet du maire, et il était premier adjoint quand j'étais directeur de cabinet. Je connais maintenant mieux Jean-Pierre ABELIN. Tout le monde connait nos différends. Monsieur GUERIN, où sont vos sacrifices? S'il vous plait, n'attaquez pas comme d'autres petits hargneux. Gardez la mesure de votre expérience, et rappelez vous donc que vous n'avez pas fait mieux que Jean-Pierre ABELIN sur l'Economie.

 

Vouloir faire du neuf avec du vieux, se faire prendre pour ce que l'on est pas, se faire introniser par dépit, se laver les mains de ce à quoi on a participé, en accusant les autres, c'est le début de l'imposture.»

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Jean-Pierre ABELIN répond à Michel GUERIN

Publié le par Dominique Lévêque

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Économie : Michel Guérin défie Jean-Pierre Abelin

Publié le par Nouvelle République

Les cantonales approchent et les socialistes ont désormais leurs candidats sur la ville. A l'ouest, Michel Guérin choisit son adversaire : Jean-Pierre Abelin.

20101207nr-michel-guerin-attaque.jpg

Michel Guérin lance les hostilités politiques contre Jean-Pierre Abelin. Décidément, les cantonales approchent !  - Photo NR

 

Désormais assuré d'être le candidat du Parti socialiste sur le canton de Châtellerault ouest, Michel Guérin ne compte pas attendre que le camp adverse désigne son candidat pour commencer à ferrailler. D'autant que dans l'esprit du candidat conseiller général, la succession de Joël Tondusson à l'assemblée départementale n'est probablement qu'une étape avant de tenter un retour gagnant vers la mairie, en 2014. Pour l'ancien 1 er adjoint de la municipalité Tondusson, l'adversaire est donc tout désigné : ce sera Jean-Pierre Abelin.

Et le 1 er acte de la bagarre, c'est sur le plan du développement économique que le candidat socialiste veut le situer.

'' Quel aveu d'impuissance, quel reniement ''

Ainsi nous a-t-il fait parvenir une réaction à un propos tenu par le député-maire de Châtellerault lors du dernier débat d'orientations budgétaires du conseil d'agglomération.

A propos de Solairedirect et d'Éco & Mobilité, celui-ci indiquait. « Ce sont des investissements privés et la balle n'est pas dans le camp des collectivités. »

« Si, M. Abelin, la balle est dans le camp des collectivités, répond Michel Guérin. C'est même leur responsabilité. Quel aveu d'impuissance et quel reniement. En début de mandat, vous affirmiez vouloir donner la priorité absolue à l'économie. J'étais de votre avis. Aujourd'hui, tous les Châtelleraudais constatent que le bilan est négatif. ! »

Mais l'ancien élu socialiste ne se contente pas de ce constat. Il avance des propositions : « Pour atteindre cet objectif, il faut de la méthode, du dynamisme, de la détermination... et des projets pour la ville. Il convient de rencontrer et d'écouter les dirigeants de PME/TPE, de s'ouvrir aux idées innovantes, d'exposer nos savoir-faire, de sortir des réunions de routine avec les mêmes personnes, de professionnaliser la reconversion et de développer une vraie formation professionnelle et également d'associer les salariés aux projets économiques d'avenir. Ils ont à dire et à proposer. Il faut faire la promotion de notre territoire, aller dans les salons professionnels, s'allier aux autres collectivités. »

Et Michel Guérin de proposer la création d'une agence de développement économique afin de développer le tissu économique local et de mettre en place des stratégies de développement de l'agglo.

« Et puis, il faut se battre bec et ongle contre les décisions publiques qui affaiblissent notre territoire. Dernier exemple : la perte d'un arrêt SNCF par jour dans les deux sens, entre Châtellerault et Paris. Un trajet en moins, c'est 20 % des dessertes. Un grand danger pour le développement économique et pour la qualité de vie des Châtelleraudais. »

Publié dans La revue

Partager cet article

Repost 0

La démocratie locale souffrante?

Publié le par Dominique Lévêque

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Horizon 2014

Publié le par Dominique Lévêque

Dominique Strauss Kahn Président de la République et Michel Guérin Maire de Châtellerault, çà vous fait rêver, vous?

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0