Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Communiqué du 25 mai 2010

Publié le par Dominique Lévêque

Le bureau de la section du Parti Socialiste de Châtellerault s’est exprimé à travers son secrétaire Cyril Cibert, sur l’éventualité de ma réintégration. Ma seule ambition serait donc d’être candidat aux élections cantonales. « La conception modulable de l’engagement politique » ne serait pas celle du PS châtelleraudais qui aurait « une autre éthique que la politique de la girouette » et il faudrait découvrir les « joies obscures du militantisme » avant de proposer une candidature.

 

Ces exigences du PS local sont sans doute nouvelles. Je sais que, dans l’actuel bureau, d’anciens élus ont adhéré pour les municipales 2001. Je sais que d’autres, dans le même bureau, sont sortis pendant les années Tondusson, puis rentrés. Je sais que Joël Tondusson lui-même a adhéré pour être premier adjoint en 1995. Le maire socialiste de Naintré a bien été contraint de se présenter contre la liste officielle du PS. Monsieur Cibert, quant à lui, s’est engagé, je l’en félicite, dans un heureux renouvellement du PS local après la défaite 2008 qui m’a donné raison. Il en a bien profité pour être candidat aux dernières élections régionales.

 

Je n’ai pas de leçon à recevoir sur mon intégrité politique. Je n’adresse pas une demande d’indulgence ou de remise de peine affective à une classe dirigeante que je semble gêner sans zigzag. Je m’adresse plutôt stratégiquement à une population de gauche et du centre qui pourrait espérer dans le renouveau et l’unité du PS, au moins localement. Je n’ai pas le souvenir de quelqu’un qui, comme moi, se serait mis personnellement en danger publiquement par 3 fois. J’ai déjà fait une traversée du désert. Enfin, je n’ai pas non plus à rougir de mes joies obscures de militant socialiste, en particulier en charge de la trésorerie. Je n’ai d’ailleurs jamais été exclu, j’ai simplement cessé de payer ma cotisation à partir de 2007.

 

Je ne suis pas de ceux qui ont sagement attendu aux côtés de Joël Tondusson, avec pouvoir et indemnités, qui se sont ensuite présentés avec lui, et qui aujourd’hui promettent l’alternative, ou plus étonnant, le rassemblement. Entre Jean-Pierre Abelin qui encense Michel Guérin dans la presse et Cyril Cibert qui y salue le travail de Joël Tondusson, personne n’est dupe du consensus mou qui ne vise qu’à toujours voir les mêmes. Les brebis égarées ne sont pas rentrées au bercail, et les citoyens normaux vont de moins en moins voter.

 

Je propose donc, dans l’hypothèse où je demanderais à réintégrer le PS, d’adresser en temps utile une lettre ouverte à tous les militants. J’envisage de mener avec eux un projet partagé qui ne soit pas construit par défaut de mieux, mais qui soit une force politique légitime du territoire. L’homme d’expérience que je suis n’imagine pas plus bénéficier du PS que d’y apporter courage, audace, et dévouement. On ne m’a jamais trouvé dans un autre parti, j’apporte la garantie qu’il en sera de même dans l’avenir, y compris pour les rendez-vous électoraux. Si par la suite le PS avait encore peur de moi, j’annoncerais si je maintiens une candidature sans étiquette et je communiquerais sur le bilan politique des deux dernières années.

Publié dans Communiqués

Partager cet article

Repost 0

PS : D. Lévêque persiste... et se défend

Publié le par Nouvelle République

Les lecteurs réguliers de la rubrique politique savent qu'après sa brouille avec Jean-Pierre Abelin, Dominique Lévêque, maire délégué de Targé, vice-président de la CAPC et président délégué du CCAS a lancé publiquement des offres de service au Parti socialiste pour être « candidat à la candidature » sur le canton ouest, si les militants de la section l'acceptent. Ils savent aussi que Cyril Cibert, secrétaire de la section locale a immédiatement exclu cette éventualité. Dominique Lévêque a donc décidé d'en appeler à « la population de gauche » avant de se présenter « sans étiquette ».

 

« Le bureau de la section du Parti Socialiste de Châtellerault s'est exprimé à travers son secrétaire Cyril Cibert, sur l'éventualité de ma réintégration. '' La conception modulable de l'engagement politique '' ne serait pas celle du PS châtelleraudais qui aurait '' une autre éthique que la politique de la girouette '' et il faudrait découvrir les '' joies obscures du militantisme '' avant de proposer une candidature.

 

'' Je m'adresse à la population de gauche ''

Ces exigences du PS local sont sans doute nouvelles. Je sais que, dans l'actuel bureau, d'anciens élus ont adhéré pour les municipales 2001. Je sais que d'autres, dans le même bureau, sont sortis pendant les années Tondusson, puis rentrés. Je sais que Joël Tondusson lui-même a adhéré pour être premier adjoint en 1995. Le maire socialiste de Naintré a bien été contraint de se présenter contre la liste officielle du PS. [...]

Je n'ai pas de leçon à recevoir sur mon intégrité politique. Je n'adresse pas une demande d'indulgence ou de remise de peine affective à une classe dirigeante que je semble gêner. Je m'adresse plutôt à une population de gauche et du centre qui pourrait espérer dans le renouveau et l'unité du PS. [...]

 

'' Peur de moi ''

Enfin, je n'ai pas non plus à rougir de mes joies obscures de militant socialiste, en particulier en charge de la trésorerie. Je n'ai d'ailleurs jamais été exclu, j'ai simplement cessé de payer ma cotisation à partir de 2007.

Je ne suis pas de ceux qui ont sagement attendu aux côtés de Joël Tondusson, avec pouvoir et indemnités [...] Entre Jean-Pierre Abelin qui encense Michel Guérin dans la presse et Cyril Cibert qui y salue le travail de Joël Tondusson, personne n'est dupe du consensus mou qui ne vise qu'à toujours voir les mêmes. [...]

Je propose donc, dans l'hypothèse où je demanderais à réintégrer le PS, d'adresser en temps utile une lettre ouverte à tous les militants. J'envisage de mener avec eux un projet partagé. L'homme d'expérience que je suis n'imagine pas plus bénéficier du PS que d'y apporter courage, audace, et dévouement. On ne m'a jamais trouvé dans un autre parti, j'apporte la garantie qu'il en sera de même dans l'avenir, y compris pour les rendez-vous électoraux. Si par la suite le PS avait encore peur de moi, j'annoncerais si je maintiens une candidature sans étiquette. »

Nouvelle-Republique-_-PS-_-D.-Leveque-persiste-.jpg 

Dominique Lévêque prêt au rassemblement... comme à la

division. - - Photo NR .

Publié dans La revue

Partager cet article

Repost 0

Le PS n'est pas une boutique...

Publié le par Nouvelle République

Le PS n'est pas une boutique dont on peut entrer ou sortir en fonction de ses intérêts particuliers et la politique de la girouette n'est pas notre éthique. Dans un communiqué, Cyril Cibert, secrétaire de la section locale du Parti socialiste , répond à Dominique Lévêque, maire-délégué de Targé (qui déclarait vendredi, dans nos colonnes « Si les militants me l'accordent, il n'est pas exclu que je demande à réintégrer le PS »). « Dominique Lévêque ne s'entend plus avec Jean-Pierre Abelin,  écrit Cyril Cibert. Du coup, il annonce son intention de revenir vers le PS, non pour y découvrir les joies obscures du militantisme mais pour être éventuellement candidat aux prochaines élections cantonales. Après avoir quitté la gauche pour expérimenter la droite, il voudrait donc, dans une sorte de stratégie du zigzag, abandonner la majorité municipale pour opérer un retour vers le PS, qu'il a quitté en 2006. Cette conception modulable de l'engagement politique n'est pas la nôtre. Le choix de nos candidats est déterminé par un projet commun, et non par des ambitions personnelles. »

Publié dans La revue

Partager cet article

Repost 0

'' L'avenir de Monsieur Lévêque n'intéresse que lui. ''

Publié le par Nouvelle République

C'est à peu près tout ce qu'a voulu dire Jean-Pierre Abelin à la suite de l'article « Dominique Lévêque se lâche et se fâche » publié vendredi. Mais ça veut bien dire ce que ça veut dire. L'avenir de Dominique Lévêque n'intéresse pas le député-maire. Il ne devrait en tout cas pas être avec lui. Et s'il devait être avec Michel Guérin... « Si j'ai un conseil à donner à Michel Guérin, c'est de s'en méfier. » « Ce qui me préoccupe, c'est que tout ça ne perturbe pas les personnels ni les projets dans le secteur social » , conclut le maire.

 

Publié dans La revue

Partager cet article

Repost 0

'' Dominique Lévêque se lâche et se fache '' : Guy Gratteau réagit

Publié le par Nouvelle République

Dans notre édition d'hier vendredi, nous évoquions les malaises ressentis par Dominique Levêque à la suite de tensions avec le

maire Jean-Pierre Abelin sous le titre « Dominique Lévêque se lâche et se fâche ! ». Dans un communiqué, Guy Gratteau,

président d'Audacie (association à vocation d'insertion) tient à apporter quelques précisions :

 

"S'il est exact que les dossiers

concernant l' insertion sont au point mort et si aucune réponse n'est apportée à nos futurs projets, si nous n'avons plus depuis

quelque temps d'interlocuteur politique, nous ne sommes pas comme le dit Monsieur Lévêque en déficit chronique. Depuis dix

ans, seule l'année 2008 a été déficitaire. L'année 2009, et Monsieur Lévêque le sait, se solde par un résultat très positif "

Publié dans La revue

Partager cet article

Repost 0

Dominique Lévêque se lâche et se fâche !

Publié le par Nouvelle République

On s'était arrêté à l'affaire des glands... Que s'est-il passé depuis ? Les choses se sont arrangées avec le maire ?

 

Dominique Lévêque : « Pas du tout ! Pour tout dire, je suis coincé dans toutes mes délégations. »

 

C'est-à-dire ?

 

« Sur Targé, l'Assemblée des habitants a été éliminée au profit d'une réunion de quartier. La commission consultative se réunit en dépit de la loi, quand le député-maire est là. Je ne suis plus associé aux décisions de la commune. Je ne peux même pas demander au cantonnier de faire quelque chose ! Sur le CCAS, on en est au même point. Le recrutement du nouveau directeur est en cours. C'est le maire qui choisit, ça c'est normal. Mais je ne me fais pas d'illusion, il prendra ses ordres auprès de la direction générale des services et de la direction du cabinet.  - '' Je sens bien aujourd'hui la volonté de m'écarter '' Concernant l'insertion, tous les dossiers sont bloqués. Pas de décision sur Audacie qui est en déficit chronique et pour laquelle il faut faire de choix. Les réunions se font sans moi [...] » Et à la Mission locale (dont il est président délégué N.D.L.R.) ? « C'est le mandat où je suis le plus en difficulté. J'invite à l'assemblée générale du 21 avril. Le président décide de tout annuler, c'est relativement indélicat. Je lui ai adressé un courrier le 3 mai. Un conseil d'administration se déroule cet après-midi (mercredi N.D.L.R.). Il aura lieu sans moi. »

 

 Mais vous n'avez pas eu de réponses à vos différents courriers ?

 

« Non jamais ! On s'est rencontré deux fois avec Jean-Pierre Abelin pour essayer d'arranger les procédures... Ça doit être la rançon du succès de l'ouverture : quand on prend un socialiste pour gagner les voies de gauche, il faut se donner les moyens de travailler ensemble. Je sens bien aujourd'hui la volonté de m'écarter, maintenant que les élections ont été gagnées. Il ne sera pas dit que j'aurai fait battre Tondusson pour assister passivement à une gouvernance pas convenable. Donc je garde le cap ! Je suis utile pour veiller au grain. »

 

Candidat sur le canton ouest ? Un moment ou à un autre, cela va être difficilement tenable, non ?

 

« Il (Abelin) a profité de moi, de mes voies de gauche et des déçus de Tondusson [...] Mais il y a sans doute une 2 e manche à gagner. Je me sens déterminé mais je tiendrai comme je pourrai tenir ! Car il a effectivement beaucoup de pouvoir. »

 

Avez-vous des contacts avec les socialistes ?

 

 « C'est la raison pour laquelle ma situation se complexifie beaucoup. Car Abelin sait très bien que je peux regagner le PS si les militants me l'accordent. Il n'est pas exclu que je demande à réintégrer le PS car, pour moi, l'avenir de cette ville, il est dans la réunion de toutes les gauches et centres de la ville. C'est un chantier que j'aimerais bien mener. Maintenant que j'ai terminé ma '' sale besogne '' »

 

Vous avez des prétentions électorales ?

 

 « Je pourrais être candidat à la candidature sur le canton ouest pour une grande gauche centriste sur Châtellerault. Je ne le ferais pas contre Michel Guérin (*) mais avec lui. » (*) L'ancien 1 er adjoint à Tondusson a annoncé récemment son intention de revenir sur la scène politique.

 

20100514-dom-lev-se-lache-et-se-fache.jpg 

Dominique Lévêque : '' Quand on prend un socialiste pour gagner les voies de gauche, il faut se donner les moyens de travailler ensemble.'' - - Photo NR

 

Décryptage Le vilain petit canard

La lune de miel n'aura pas duré bien longtemps. Présenté comme un candidat de l'ouverture sur la liste d'Abelin aux municipales, où il était placé en 3 e position, Dominique Lévêque, transfuge du PS, semble devenu le vilain petit canard de la majorité municipale. Il détient pourtant des mandats-clés dans l'équipe Abelin en tant que maire délégué de Targé et élu de référence pour l'insertion et l'action sociale ! Les relations entre l'ex-socialiste et ses nouveaux amis, et spécialement le maire Jean-Pierre Abelin, se sont dégradées lentement mais sûrement. Les tensions sont apparues au grand jour avec « l'affaire des glands », le maire contestant à son maire délégué de Targé le droit de porter... des glands dorés sur son écharpe tricolore. « C'est l'arbre qui cache la forêt », écrivions-nous alors. Au vu des dernières déclarations de Dominique Lévêque, c'était vrai. Reste à savoir comment les socialistes accueilleront la volonté exprimée par l'intéressé de revenir au bercail. Lui se voit une sorte de destin localement mais surtout un poids qui reste à démontrer.

 

Recueilli par Franck Bastard

Publié dans La revue

Partager cet article

Repost 0

Les fondements de "l'équipe Abelin" en 2008

Publié le par Dominique

page22 camp equ abelin

 page12 camp equ abelin

 

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

Repost 0

Le maire répond à Michel Guérin

Publié le par Nouvelle République

J 'ai eu beaucoup de plaisir à travailler avec toi sur le projet Ozon, et je suis persuadé que sur certains projets économiques ou urbains, tu pourras être utile au devenir de Châtellerault.

 

Cette phrase, c'est le dernier paragraphe de la réponse de Jean-Pierre Abelin à un courrier de Michel Guérin (lire notre journal d'hier), courrier à l'issue duquel celui-ci annonçait sa volonté de revenir sur le terrain politique, en se

présentant, dans un premier temps, aux cantonales de mars prochain sur Châtellerault-ouest. Et, soyons clairs, aux prochaines municipales, en cas de succès.

 

Dans cette réponse, Jean-Pierre Abelin reconnaît qu'une partie des réalisations ou des projets présentés dans le dernier numéro du « Châtelleraudais » appartiennent à l'ancienne équipe. Il évoque aussi des projets accélérés ou

complétés et puis aussi des projets issus de la volonté de l'équipe en place :

 

 

«démolition et projets sur l'ancien Hôpital, le projet ambitieux initial était complètement au point mort et ne débouchait sur rien ; Conservatoire de Musique à la Manu dans le bâtiment de l'Horloge, la rénovation de l'Ancien Théâtre... Sur Denard, poursuit le maire, un projet intéressant est en train de prendre forme. Sur l'étage des Halles, le projet de médiathèque est en cours. Sur l'école de Gendarmerie, l'étude de reconversion avance Quant à la friche Isoroy, l'actualité s'accélère et le slogan Ville Verte de l'Industrie pourrait

trouver une concrétisation rapide... »

 

Voilà au moins trois informations que Jean-Pierre Abelin confirme au détour de ce courrier.

Publié dans La revue

Partager cet article

Repost 0