Poppies ou bleuets

Publié le par Dominique Lévêque

Poppies ou bleuetsPoppies ou bleuets

Au banc d'essai comparatif entre la France et l'Angleterre, bien sûr il y a d'un côté des toilettes publiques toujours propres et qui sentent bon (sauf rare exception) alors qu'elles sont toujours sales et qu'elles sentent mauvais (quand il y en a) de l'autre côté de la Manche. D'ailleurs, à propos de manche, les uns passent tous (sauf rare exception) au lavabo et au sèche mains, et les autres beaucoup moins (quand il y a un séchoir).

Il y a aussi le "Remembrance Day". D'un côté une famille royale, garante de la cohésion de la nation, qui célèbre aux côtés d'un exécutif plus qu'au complet: Premier Ministre, Vice Premier Ministre, leader de l'opposition, et représentants des autres partis, ensembles. Ils sont accompagnés des représentants de tous les pays, des représentants de toutes les obédiences religieuses, de tous les corps d'armée et bien sûr des vétérans. Le temps offert en mémoire laisse chacun de tous déposer sa gerbe. Même les civils ont travaillé leurs pas dans un protocole initiatique et fondateur plus qu' astreignant. Il y avait cette année le chef de l'Irlande. Dont acte. Pas de promesse, un sens.

La veille,c'était le traditionnel spectacle d'ampleur au Royal Albert Hall où les mêmes, Reine en tête, se lèvent devant les vétérans. Où toute la salle salue en standing respect l'entrée des familles des derniers tombés au combat en Afghanistan, ou des victimes du terrorisme. Même la télé fait la (vraie) minute de silence après la sonnerie aux morts. Les deux semaines précédentes, dans chaque ville, chaque centre commercial, chaque aire d'autoroute, de très nombreux bénévoles vendaient pour une somme libre reversée aux associations de vétérans, ce petit Poppy (coquelicot symbolique) qu'on croisait sur la majorité des cols et sur les calandres de véhicules.

Effet de Manche de l'autre côté, un défilé militaire s'essouffle sous la pression fiscale. Des anciens présidents absents, une partie du gouvernement excusé, sous la pression politique. En guise de solennité, quelques agences de comm ressortent le bleuet qu'on croise vite fait sur Google ou à la Télé (qui meuble de commentaires ou de pub les temps de recueillement). Et en guise d'unité, un Président fait des selfies dans le public.

La perfide Albion le ferait-elle exprès pour nous ridiculiser? A moins qu'à force de tourner nos regards admiratifs et réformateurs vers l'Europe Allemande, on finisse par oublier la France de notre Héritage.

Commenter cet article