Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Money, money, money, must be funny, in the rich man's world

Publié le par Dominique Lévêque

La Grèce vient de voter massivement contre un plan de rigueur européen. Qui voterait pour plus d'impôts, moins de pouvoir d'achat et une crise financière accrue? Derrière, c'est peut être une sortie de la zone Euro, ou de l'Union Européenne.  En tous cas, c'est un précédent. D'autres imaginent avec soulagement que "c'est possible!" La France profonde s'interroge, et son ventricule gauche palpite au rythme de l'espérance.  Oui, l'espérance.

 

Car le référendum français, détourné en traité constitutionnel pour éviter les sujets qui fâchent, a fait figure de provocation à la démocratie. Car le changement de Président et de politique n'a apporté que la désillusion de l'inéluctable pouvoir de la finance sur l'Homme.

 

C'est donc de la Grèce que souffle encore un vent de démocratie en osant refuser l'europe de la technocratie. L'Allemagne s'inquiète-t-elle pour un intérêt particulier? Certes, la dictature d'outre Rhin sur les 27 veille à ce que l'Euro reste un Deutsch Mark transfusé plutôt qu'un bien commun.

 

Le Royaume Uni n'a jamais été aussi près de reconsidérer son adhésion, l'Espagne s'identifie parfois dans le sort d'Athènes. Certains le disent depuis longtemps: nos parents ont voulu construire l'Europe des peuples et de la paix, nos enfants pourraient connaître l'europe de l'administration capitale. Et si les vrais Européens n'étaient pas ceux que l'on croit?

Partager cet article

Jazzellerault mon amour

Publié le par Dominique Lévêque

Jazzellerault, c'est le chouchou de l'animation châtelleraudaise, le rendez-vous classe des gens branchés, la débauche raisonnée des gens rangés, le classique des profanes, la musique sauvage de l'élite... On y vient pour la musique, pour sortir, pour boire un verre, parce qu'on aime que la ville bouge, parce qu'on veut s'y montrer, parce qu'on veut voir qui va là... C'est aussi un cauchemar pour le stationnement en ville, un rêve pour les journalistes qui n'ont pas besoin de recourir à la cuisine politique pour remplir la feuille de chou, une aubaine pour les campagnes électorales, une occasion parfois manquée pour les commerçants du centre ville...

 

Jazzellerault plait, Jazzellerault anime, Châtellerault bouge, et c'est beau. Si beau que çà fait des émules. Des festivals comme s'il en pleuvait.  Et parmi ceux là Availles Blues. Sur le même territoire de l' agglomération que Jazzellerault l'original, Availles Blues se lance sur la volonté d'un homme et sur l'opportunité d'une salle. Les spectateurs sont ravis. L'animation du territoire en est enrichie.

Candide se demanderait pourquoi ne pas avoir réuni les énergies associatives pour mutualiser les moyens, pour renouveler et diversifier le concept et pour pérenniser l'animation culturelle. Car nous sommes dans des temps où la billetterie de Jazzellerault est un peu plus paresseuse que jadis, dans des nuits romanes où la collectivité ne multiplie pas les moyens par miracle, et dans des heures vagabondes où l'offre des alentours est riche (Chinon en jazz, Avoine blues, Cognac Blues Passion...). L'explication de cette dispersion culturelle fratricide n'est sans doute pas cultuelle. Elle n'est sans doute pas non plus dans les égos de clochers ou dans des intérêts particuliers. Au fait, rien à voir, il circule sur cette grande toile philosophique qu'est Facebook cette devise: "les humains ne cherchent plus à être utiles, ils cherchent à être importants". 

Publié dans l'air du temps

Partager cet article

La colère est mauvaise conseillère, l'émotion ne doit pas guider nos décisions

Publié le par Dominique Lévêque

Jean Germain s'est suicidé avant de comparaitre pour les actes qui lui sont reprochés. Bien sûr, rien ne vaut un suicide, et on ne peut que regretter la disparition d'un homme sous le poids de l'opprobre. L'homme mérite le respect dû à l'ensemble de son œuvre et dû à la présomption d'innocence.

Il s'est peut être donné la mort, comme il l'a écrit avant de disparaître, parce qu'il "est des êtres, [... pour lesquels l’injustice et le déshonneur sont insupportables".  Il s'est peut être donné la mort parce qu'il ne pouvait pas assumer publiquement ou en famille sa culpabilité. Seul le procès peut l'établir. Il faut donc que la justice fasse son travail sereinement.

Mais la débauche de témoignages attendris est vulgaire. Parce qu'il est plus facile de montrer du doigt les accusateurs ou les médias que de s'avouer avoir lâché un homme esseulé et acculé, à fortiori si on en a profité. Pierre Bérégovoy le racontait: "du jour au lendemain, votre téléphone s'arrête de sonner, votre agenda se vide..."

La débauche de témoignages attendris est vulgaire. C'est un manque de discernement notoire pour la classe dirigeante de se laisser envahir par l'émotion, peut être apeurée d'être une nouvelle fois remise en cause dans ses comportements.

La débauche de témoignages attendris est vulgaire. Parce que c'est un peu facile dans des temps obscurs de rester inefficace en place et de profiter des opportunités pour crier haro sur le harcèlement des politiques plutôt que de tirer les conséquences de ses actes.

La débauche de témoignages attendris est vulgaire. Car on ne peut combattre le Front National en faisant d'un prévenu de la justice un martyr de la République sans risquer de creuser encore le fossé entre le peuple et classe politique.

Ne laissons pas guider notre conscience par l'émotion. Il faut rendre hommage à Monsieur Jean Germain pour ses qualités d'homme, pour ses 3 mandats de Maire de Tours, pour sa Présidence de l'Université. Et attendons la lumière pour discuter d'une affaire non élucidée.

 

 

Partager cet article

Tout a continué

Publié le par Dominique Lévêque

Partager cet article

Révolution d'apesanteur

Publié le par Dominique Lévêque

Quand les politiques, l'Etat, se mêlent du travail des artistes ou modèrent la philosophie, les ampoules du siècle des lumières clignotent.

On croyait pourtant que la censure des Brassens, Gainsbourg ou Coluche, était surannée.

L'élite se délite. Les analystes s'analgésient. Les penseurs se dispensent.

Bienvenue au siècle des loupiotes.

Partager cet article

D'analystes crétins en intellectuels en panne, vous avez toute la vie, c'est une chance, un défi

Publié le par Dominique Lévêque

Partager cet article

Deux excès: exclure la raison, n'admettre que la raison (Pascal)

Publié le par Dominique Lévêque

Partager cet article

De tout coeur

Publié le par Dominique Lévêque

De tout coeur

La République saigne. C'est bien unis derrière le Président de la République Française; François Hollande, que nous devons être solidaires pour condamner de tels actes de barbarie. Cyril Cibert citait le Président pour dire "Nous sommes agressés parce que nous sommes un pays de liberté. Nous punirons les agresseurs". Nicolas Sarkozy, ancien Chef de l'Etat, invite de son côté à "refuser toute tentative d'amalgame" et à soutenir le gouvernement de notre nation endeuillée dans ses actions "pour défendre sans faiblesse" la démocratie et la liberté d'expression.

Le monde entier, par des voix célèbres et des expressions politiques majeures, se presse au chevet de la France souffrante. C'est l'épaule d'une humanité fraternelle qui est tendue au bras chancelant des victimes de l'intolérance et de l'extrémisme. Que cette Humanité là puisse trouver après le deuil la voie de l'harmonie et de la raison sans avoir besoin de la menace, et que, comme des soldats de la liberté, les morts de cet attentat puissent servir la paix.

LIBERTE EGALITE FRATERNITE

Partager cet article

Bonne année

Publié le par Dominique Lévêque

Image création http://carolineblue2010.eklablog.com/

Image création http://carolineblue2010.eklablog.com/

Partager cet article

Poppies ou bleuets

Publié le par Dominique Lévêque

Poppies ou bleuetsPoppies ou bleuets

Au banc d'essai comparatif entre la France et l'Angleterre, bien sûr il y a d'un côté des toilettes publiques toujours propres et qui sentent bon (sauf rare exception) alors qu'elles sont toujours sales et qu'elles sentent mauvais (quand il y en a) de l'autre côté de la Manche. D'ailleurs, à propos de manche, les uns passent tous (sauf rare exception) au lavabo et au sèche mains, et les autres beaucoup moins (quand il y a un séchoir).

Il y a aussi le "Remembrance Day". D'un côté une famille royale, garante de la cohésion de la nation, qui célèbre aux côtés d'un exécutif plus qu'au complet: Premier Ministre, Vice Premier Ministre, leader de l'opposition, et représentants des autres partis, ensembles. Ils sont accompagnés des représentants de tous les pays, des représentants de toutes les obédiences religieuses, de tous les corps d'armée et bien sûr des vétérans. Le temps offert en mémoire laisse chacun de tous déposer sa gerbe. Même les civils ont travaillé leurs pas dans un protocole initiatique et fondateur plus qu' astreignant. Il y avait cette année le chef de l'Irlande. Dont acte. Pas de promesse, un sens.

La veille,c'était le traditionnel spectacle d'ampleur au Royal Albert Hall où les mêmes, Reine en tête, se lèvent devant les vétérans. Où toute la salle salue en standing respect l'entrée des familles des derniers tombés au combat en Afghanistan, ou des victimes du terrorisme. Même la télé fait la (vraie) minute de silence après la sonnerie aux morts. Les deux semaines précédentes, dans chaque ville, chaque centre commercial, chaque aire d'autoroute, de très nombreux bénévoles vendaient pour une somme libre reversée aux associations de vétérans, ce petit Poppy (coquelicot symbolique) qu'on croisait sur la majorité des cols et sur les calandres de véhicules.

Effet de Manche de l'autre côté, un défilé militaire s'essouffle sous la pression fiscale. Des anciens présidents absents, une partie du gouvernement excusé, sous la pression politique. En guise de solennité, quelques agences de comm ressortent le bleuet qu'on croise vite fait sur Google ou à la Télé (qui meuble de commentaires ou de pub les temps de recueillement). Et en guise d'unité, un Président fait des selfies dans le public.

La perfide Albion le ferait-elle exprès pour nous ridiculiser? A moins qu'à force de tourner nos regards admiratifs et réformateurs vers l'Europe Allemande, on finisse par oublier la France de notre Héritage.

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>